Comment décoincer un kangourou
Dix ans plus tôt : Il y a quand même des gens distraits

Barack à Pôle Emploi

Mes rêves de pleine nuit me restent le plus souvent inconnus, un rendors rapide les efface. Mais celui-ci, probablement interrompu par le bruit de la pluie, m'a accordé un réveil souriant - même si à y bien réfléchir pas tant -, alors j'ai pris trois notes avant de replonger dans un sommeil si profond qu'au réveil du matin j'ai cru qu'il avait été le tout dernier songe. Ce que l'horodatage de mon téléfonino, très pratique bloc-notes, dément.

C'était un rêve très concret, Pôle Emploi comme si (à nouveau) j'y étais. Nous patientions. Bien sûr nous avions remarqué la présence de Barack Obama, c'était logique qu'il vienne s'inscrire, il n'était plus président. Il attendait lui aussi patiemment. 

Mais il était appelé en premier et malgré un signe pour désigner l'ensemble de la file d'attente, comme pour dire Ces gens étaient devant, on lui enjoignait de filer dans un des bureaux de conseiller. Les gens se mettaient à débattre si c'était normal qu'il patiente ou qu'il passe devant. Je faisais doucement remarquer qu'il s'agissait peut-être avant tout d'un problème de sécurité, la surveillance n'étant pas agrandie du fait de sa présence alors que le risque si. Ça calmait le jeu, d'autant qu'un type en profitait pour faire de l'humour, quelque chose du genre Les petites annonces pour présidents des États Unis, doit pas y en avoir des masses, pauvre gars.

Barack repassait devant nous en sortant tout en échangeant quelques derniers mots avec son conseiller qui faisait des efforts visibles pour avoir une attitude Ça m'arrive tous les jours, ce genre d'inscription et j'entendais l'ancien président qui disait Tout ce que j'aimerais, c'est reprendre une vie normale.

Je pensais Tu m'étonnes, ou Je veux bien le croire
puis me suis réveillée.

Le rêve avait lieu, je crois, en anglais. Mais on s'en foutait. Et on était au Pôle Emploi de Clichy mais c'était normal qu'il vienne là à cause d'Henry Miller (?!).

Ce qui est drôle c'est combien ce rêve combine des éléments disparates du moment - quelqu'un doit s'inscrire à Pôle Emploi, effectivement, Barack Obama ne sera bientôt plus POTUS ... - pour en faire une narration ultraconcrète avec une cohérence, une logique dans l'absurde. 

 

notes de téléfonino 03:39

Rêve d'attente à Pôle Emploi et de se faire passer devant par Barack Obama

Commentaires