Ces questions qu'on se pose quand le sommeil va gagner
Ma banlieue (c'est ça aussi)

Saint-Denis c'est bien aussi

Capture d’écran 2016-05-20 à 23.06.55

Alors apparemment, c'est tellement facile et tentant de susciter haine, mépris et rejets en stigmatisant les gens d'une ville, d'un quartier, qu'un journal s'est encore permis de s'en prendre à Saint Denis, où effectivement en novembre des terroristes furent hébergés par un gars qui donnait l'impression de jouer un sketch, il fallait bien qu'ils fussent quelque part, ça risquait pas trop d'être dans le XVIème arrondissement de Paris.

Voici les protestations de Vincent Message, qui dit toujours ce que je pense infiniment mieux que je ne l'aurais fait :  

Capture d’écran 2016-05-20 à 23.07.50

 

 

 

 

 

 

 et qui participe de la tribune collective dans Libé :

Notre fierté de vivre à Saint Denis

Pour ma part, Saint-Denis, quand j'y vais - pas si souvent, c'est sur l'autre branche de la ligne 13 et donc j'y vais pour des raisons précises, sinon ça fait long -, c'est le genre de coin où l'on discute facilement avec les gens, c'était (c'est sans doute encore c'est juste que je n'ai plus le temps d'y aller) la ville du slam (Les 129 H, La Ligne 13, le café culturel, là où la première fois je les ai entendu slamer, et aussi Fabien), c'est la ville du stade de France où j'ai quelques souvenirs merveilleux (et un foireux : j'avais eu des places pour un opéra en plein air, c'était n'importe quoi on entendait la circulation sur la bretelle d'autoroute plus que les chanteurs), c'est une ville où quand on se balade avec un appareil photo, les gens peuvent vous demander de les prendre juste comme ça, parce qu'ils sont contents d'être là. C'est aussi une fac où ma fille aura fait ses études avec un grand plaisir d'y être et d'après ce que j'en comprends des intervenants de qualité. 

Qu'il y ait des dérives et des dangers on ne peut pas le nier, mais il n'y a vraiment pas que ça.  Et on risque sans doute moindre de s'y faire agresser que dans certain arrondissement trop chic de Paris et son peuple intolérant. 

Commentaires