BDJ - 160126 - "Il y va parce qu'elle est triste"
BDJ - 160128 - Un dîner impromptu

BDJ - 160127 - Un sourire lumineux


    (bonheur du mercredi 27 janvier 2016) Alors finalement je suis allée écouté cet homme dont je suis le travail depuis le tout début, grâce à l'une des bibliothécaires de "l'Usine" qui était là où bossait aussi son père et qui m'avait mis son tout premier bouquin entre les mains. Bon sang, ce cadeau qu'elle m'avait fait ce jour-là. Il a assez vite rencontré le succès, puis le grand succès, au point de faire des jaloux, des déçus, les inévitables réactions de rejet de lorsqu'une œuvre dépasse en diffusion très largement le public avec lequel elle est assortie. Il a des fans, raides fans, parmi le grand public ce qui me stupéfie (non qu'il en ait lui, mais qu'un camarade "de ma vie d'avant" en ait). Il y avait foule et je ne pouvais de toutes façons pas m'attarder, alors je suis brièvement passer le saluer, et le sourire qu'il a eu en me voyant, celui que l'on réserve aux vieilles amies, m'a fait chaud au cœur. 

J'avoue que je suis toujours épatée lorsque ceux et celles qui ont chopé la maladie positive du grand succès, celui qui fait que leur temps ne leur appartient plus tout à fait, ou qu'ils sont obligés de filtrer, parviennent à garder une parcelle de disponibilité pour les anciens liens (1). Et ce d'autant plus que le milieu qui n'a jamais été tendre est devenu dès qu'on sort des régions relativement préservées de la petite édition ultra concurrentiel.

J'ai hâte de lire son nouveau roman.

  

(1) Du simple fait d'avoir radicalement changé de monde professionnel, je ne suis pas parvenue à en faire autant avec ceux que je fréquentais avec amitié auparavant. Je mesure d'autant plus l'exploit que c'est dans un tel cas.

billet publié dans le cadre des Bonheurs du Jour.
C'est l'amie Kozlika qui a lancé le mouvement et le lien vers tous les bonheurs (pour s'inscrire c'est par ici- grand merci à Tomekqui s'est chargé du boulot -) 

Chez Couac : Bonheur du jour 14 

billet commun avec Bella Cosa

Commentaires