14 novembre 2015 : such a strange fifty two dans un deuil général (notes en vrac)
Une très étrange fierté

Un mauvais rêve très agité


    Je crois que cette année 2015 n'est pas en vrai, qu'il ne s'agit que d'un mauvais rêve très agité, on y passe du cauchemar et à l'horreur au rire sans étape intermédiaire, c'est trop absurde et insensé, je vais me, nous allons nous, réveiller.

(si possible tout début juin 2013, alors que j'attends une visite dans un Paris pas encore massacré et que je travaille dans une librairie de légende, et puis comme dans les films, il arriverait un truc inattendu et providentiel qui ferait que la boutique n'aurait pas à fermer, que l'amoureux le serait et d'ailleurs très en forme, que ma fille n'aurait pas eu d'ennuis de santé, tout ça, l'ami Honoré passerait devant la librairie (comme il l'a fait en vrai) et on resterait à papoter sous l'œil bienveillant du patron qui nous proposerait d'aller prendre une bière (comme il l'a fait plus d'une fois en vrai)). Oui, ce soir plus encore que d'autres, la tentation est vive de souhaiter rembobiner, rejouer le bon, éviter le mauvais et son irréversibilité.

Le festival de cinéma est terminé qui me portait. Il va falloir faire face. Survivre. Combattre les haines tentantes qui vont encore monter. S'adapter au contexte de plus en plus guerrier. 

Commentaires