Presque une douzaine de jours [après]
Pendant

Avant

(billet sans réel intérêt immédiat mais pour plus tard, pour pouvoir se souvenir du concret de comment c'était)

 

Le 13 novembre à 0h50 (dans la nuit du jeudi au vendredi). Nous sommes au Arras Film Festival et sommes rentrés tard de la projection du film de Sheridan "Au nom du père" qui m'a impressionnée autant qu'en son temps. Avant d'aller dormir j'écris deux touites au sujet du film, dont un qui aujourd'hui me donne envie de pleurer. 

 

 

Capture d’écran 2015-11-24 à 17.19.29

Capture d’écran 2015-11-24 à 17.22.32

Puis j'ai fait un petit tour sur ma TL Tout paraît si ancien désormais.

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.12.41 Capture d’écran 2015-11-24 à 18.14.22Puis je vais me coucher. 

Le vendredi matin avant de partir pour le cinéma, je pianote un peu sur l'ordi :

Vers 9h30 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.15.27

Un peu après 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.21.39

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.23.08Comme dab, je pense "bouquins" (ainsi que bon nombre de mes ami.e.s)

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.24.02

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.25.53

J'écoute le journal du festival sur une radio en ligne : 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.28.13

Je me marre devant un gif à base de Buster Keaton :

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.29.24Puis je prépare nos réservations de la journée et me remets en tête les films prévus : 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.32.16 Capture d’écran 2015-11-24 à 18.33.40 Capture d’écran 2015-11-24 à 18.34.40 Capture d’écran 2015-11-24 à 18.35.47


Je jette quand même un coup d'œil aux infos. Comme dab je partage de préférence ce dont on ne parle pas (ou peu). 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.36.28Mais l'essentiel reste les films : 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.38.41 Capture d’écran 2015-11-24 à 18.40.11Juste avant d'aller à la première séance de ce jour-là, je poste un bref billet de blog et l'indication automatique m'en fabrique un touite : 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.41.21

 Puis nous filons voir Fúsi (Virgin moutain titre anglais nul) film de Dagur Kári (Islande). Une de ces comédies douces-amères comme nous les aimons.

Nous avons ensuite juste le temps de rentrer grignoter avant The Fencer

Le temps aussi de sourire un peu : 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.55.05Comme j'en ai pris l'habitude car j'espère écrire à ce sujet en rentrant, je jette vite fait sur twitter quelques mots au sujet du film que nous venons de voir : 

Capture d’écran 2015-11-24 à 18.57.25

  Capture d’écran 2015-11-24 à 19.00.24

Au passage, je relaie une info concernant l'Islande :

Capture d’écran 2015-11-24 à 19.01.36

À la fin de The Fencer, je jette également quelques notes, peut-être directement de mon téléphone. Je ne me souviens plus si nous sommes repassés à la maison ou non.

Les séances suivantes sont normalement à 16h30. Nous allons donc boire quelque chose de chaud à un café de la Grand Place - celui qui faisait crêperie aussi, jusqu'à l'an passé mais dont la direction visiblement a changé -. Le cappuccino est délicieux et son prix raisonnable. 

Capture d’écran 2015-11-24 à 19.03.50 Capture d’écran 2015-11-24 à 19.05.45
Pendant que celui qui m'accompagne descend aux toilettes, j'ai visiblement pris le temps de scroller ma TL et retweeter ce qui me semblait présenter un intérêt, informatif ou souriant : 

Capture d’écran 2015-11-24 à 19.12.15 Capture d’écran 2015-11-24 à 19.13.11
Capture d’écran 2015-11-24 à 19.14.03Ou parce que c'est quelqu'un que je suis qui l'a écrit et que je souhaite marquer un encouragement, une pensée de soutien 

Capture d’écran 2015-11-24 à 19.15.55

Je me sens concernée par l'attentat qui a eu lieu à Beyrouth, 

Capture d’écran 2015-11-24 à 19.17.10

En fait depuis janvier je me doute qu'il y aura des tentatives d'attentats à Paris, que ça n'était qu'un début et je pense qu'on y aura droit mais pendant la COP21. Et je crains des bombes avec ou sans kamikazes. J'ai intégré le fait qu'il y avait un risque. (mais j'en suis restée aux vieux schémas : foule, bombes, personnalités visées, coups de feux et persuadée que pour agir les terroristes attendront un moment significatif (comme ceux de 1972 les J.O.)). 

Je me dis je ne sais pourquoi qu'il ne faut pas tarder et malgré les protestations de l'homme de la maison qui adore arriver en retard, il met un point d'honneur à ça (alors qu'il ne fait rien de spécialement passionnant avant), je nous presse et fais bien : le film débutait à 16h et nous avons donc un quart d'heure de retard en ayant cru l'avoir d'avance. Par chance c'est une œuvre puissante et lente, de celles qui ne jouent pas leur peau dans les premières minutes mais prend le temps d'installer le spectateur dans la durée. D'autres spectateurs viendront s'installer après nous, je n'étais pas la seule à n'avoir pas vu le "16h" écrit en tout petit. Rien ne nous aura empêché d'apprécier ce sombre et beau film.

Capture d’écran 2015-11-24 à 19.43.22 Capture d’écran 2015-11-24 à 19.45.18Il y a un Q&A après le film et je suis amusée par le fait que Rémi Boiteux qui était en charge de poser les questions et animer le débat, pose exactement celles qui étaient les miennes, en particulier au sujet d'une éventuelle référence à Tarkovski. J'en ferai un touite sur le moment même : 

Capture d’écran 2015-11-24 à 20.23.58Puis à 20h47 (1) je lui envoie un mot à ce sujet ; pour avoir des amis qui font ce genre de métiers je sais que les spectateurs ne prennent pas assez le temps de témoigner de leur appréciation favorables des débats menés. Le lendemain nous poursuivrons la conversation, tristes et sur un tout autre ton mais en essayant de ne pas "perdre" le cinéma, ou pas totalement, devant le tourbillon des événements violents. Ces brefs échanges m'auront aidée. Il s'en sera fallu d'un rien, un mot envoyé avant de ressortir pour le film suivant ou de m'être dit, j'attends ce soir en rentrant et qu'il aurait été trop tard puisque l'horreur entre temps s'était déchaînée. Grand merci à lui pour avoir répondu.

Ça sera mon dernier touite avant le déchaînement. Quand je l'écris je pense seulement au plaisir du film vu et à me hâter pour un bref dîner avant d'aller au Casino pour la séance d'après, "Je vous souhaite d'être follement aimée" de Ounie Lecomte. 

En début de soirée j'ai éprouvé une bouffée d'inquiétude et nous avons contacté les enfants (2) pour savoir si tout allait bien. La réponse positive de notre fille m'avait rassurée. En fait la sourde inquiétude était pour quelqu'un d'autre mais je l'ignorais.

 

 

(1) Je viens de vérifier. Le temps d'avant n'est pas le temps d'après. La notion du temps.

(2) qui sont étudiants et n'avaient pas de vacances, qui étaient donc à la maison pendant notre semaine de festivaliers.

 

 

 

Commentaires