Fabulous Fab
Billet pour si un jour je m'ennuie (peu probable à moins de maladie et d'être clouée au lit)

À l'ami disparu


    Marrant comme tu es là, mentalement toujours là, je t'ai vu au concert, silhouette contre le mur juste avant que Patti ne chante ce morceau de révérence à ses chers disparus, tu étais là ce soir, bien sûr, à table avec nous, même si nous n'avons pas parlé de ni avec toi, ce n'étais pas la peine, nous le savions tous trois qu'on était quatre avec toi ; même si tu ne manges pas. Ni ne bois.

Tu es de toutes les soirées à la petite librairie, tu es dans les mots échangés, dans les absences de certains qui hésitent à venir pour ne pas être confrontés à la présence de ton absence ; et moi je t'y vois, je peux même dire que j'entends ta voix, ce que tu dirais si. Et je sais avec certitude que c'est exactement ça.

Tu m'as mis plus d'une fois la main sur l'épaule lorsqu'à la librairie que je m'apprête à quitter, épuisée, des clients ou des livres se montraient sans respects à votre sujet. Par exemple : ceux qui spéculaient.

Comment dire ?

Tu es là et je ne suis pas pressée que tu n'y sois pas, même si ne plus songer à ce jour tragique serait un progrès. 

Ils ont voulu ta mort. Mais je ne t'oublierai pas.

Commentaires