Gratitude
"Sous le soleil timide de septembre, donc [...]"

Deviser avec Mark (Twain)

(dernier rêve avant réveil)

Nous (? - je ne suis pas seule dans le lieu du songe mais au réveil j'ai oublié qui m'accompagnait (famille ? ami.e ? amoureux ?) -) marchons à la campagne vers une jolie palissade de bois bien peinte en blanc. Je sais que c'est Tom Sawyer qui en faisant envie à ses potes, a fini par faire ça. Il y a un homme qui se tient là, pipe et chapeau, air doux d'antan - d'avant la grande guerre puis l'autre et la shoah pour ne parler que de ces horreurs là -, il contemple les grandes étendues au delà. Nous nous parlons comme si nous nous connaissions depuis longtemps mais nous savons l'un comme l'autre que ça n'est pas le cas.

Seulement il n'est pas là pour longtemps alors il n'y a pas de temps pour des préliminaires acclimatants. Et la connivence y est, même si (V., #anotherTed ...) je m'en méfie désormais.

C'est Mark Twain. Ça va de soi. Arrive [biiiiip] , qui me fait la bise - il fait partie de ceux de mes amis qui ont trop bien réussi dans la vie d'une certaine façon mal tourné - et je laisse les deux hommes se parler. Il en va d'un avenir peut-être un peu moins pire pour l'humanité. 

 

Le son que le rêve a saisi est .

Mettre le radio-réveil à 6h20 afin d'entendre la part littéraire de l'émission de Tewfik Hakem se révèle à l'usage une excellente idée, mais pas du tout comme je m'y attendais : incapable de me réveiller avant 6h30, j'incorpore ce qui se dit à un dernier rêve que ça rend beau. 

 

Commentaires