That princess thing
La voix de Solveig Anspach

Solveig Anspach


    J'avais croisé Solveig Anspach au Méliès à Montreuil, où je compte bien retourner assidûment cette année, et plus récemment à Arras pour "Lulu femme nue" qu'elle présentait en novembre 2013 .

La nouvelle de sa mort qui m'est tombée dessus samedi soir tard, je crois par une alerte du Monde, me laisse attristée. Comme souvent lorsque l'on connaît des personnes seulement de loin ou par leur travail, on ignore les derniers développements concernant sinon leur vie privée (qui ne nous concerne pas) du moins leur santé. J'en étais donc restée à l'étape rémission ou du moins que ça n'allait pas trop mal (1), que la vie pouvait continuer encore un moment avec cette épée de Damoclès au dessus de sa tête.

Hé bien non. 

 Lydie Violet le 23 juillet (mais la nouvelle arrivée cette semaine, par un article du Monde), dans la nuit de vendredi à samedi Solveig Anspach, aujourd'hui par surprise absolu Coyote le dessinateur de BD, l'été n'est pas favorable à ceux qu'on appréciait.

 

(1) Comme ce fut le cas pour Patrice Chéreau.

PS : J'aime ce texte sur la fin de la vie (et pas que) Oliver Sacks : my periodic table dont je dois la lecture à Didda Jónsdóttir (sans doute pas par hasard ?).

PS' : Je ne suis pas la seule à être triste, ça permet d'échanger quelques mots.

Commentaires