Interlude : petit tour de magie du dimanche matin
Bordel merde (non, pas lui en danger, pas déjà)

Comment en sortir ?


    Le fait est qu'à part en 2006 et que ma vie m'était tombée dessus et dans une moindre mesure 2009 où l'épuisement était compensé par l'espoir d'une vie enfin meilleure, je ne me suis jamais aussi sentie épuisée durant un printemps. Mon corps a son besoin d'hibernation d'hiver. Je parviens péniblement à faire le nécessaire : travail et corvée, entraînements sportifs mais non sans difficultés. 

Et pour le reste, je dors sans arrêt. J'ai même dû rentrer avant la vraie fin d'une soirée.

J'ai l'impression d'être en permanence sous perfusion de somnifère. Avec en prime un corps généralement douloureux.

Le médecin vu en janvier ne trouvait pas dormir trop inquiétant : il ne voit défiler que des personnes qui souffrent d'insomnies. Et il sait l'anémie.

Le point commun de ces trois années c'est un état de choc mental alors peut-être que je souffre simplement d'épuisement émotionnel. Et, contrairement à 2009 où je me croyais aimée, de n'avoir personne sur qui m'appuyer le temps de reprendre des forces. J'ai survécu. Mais au prix d'avoir basculé en mode "sans erreur" des ordis. Seule les fonctions élémentaires restent assurées.

Heureusement qu'une partie de mon travail consiste à lire ou plutôt que lire fait aussi partie du boulot. C'est tout ce que je parviens encore à faire. Du moins à nouveau depuis en gros février.

Comment en sortir ?

Commentaires