Cassé
"Tiens bon, je suis là" ("Le miroir de Jade", théâtre du Rond-Point)

De la condition physique nécessaire pour les applaudissements


J'espère que dans cette salle intime ça ne s'est pas trop vu, mais j'imagine que qui nous apercevait de la scène aurait pu croire à un petit couple vieillissant qui n'applaudissant pas à tout rompre marquait qu'il n'avait apprécié le spectacle que moyennement. 

Il n'en était rien, du moins pour la femme. 

Mais elle s'était arraché un morceau de peau à l'auriculaire en rentrant un des outils de travail au boulot. Et aussi stupide que ça paraisse, ça fait fort mal en applaudissant. 

Quant à l'homme il s'était plus ou moins foulé le poignet droit au foot.

Ça limitait beaucoup de l'enthousiasme l'expression.

Bel et regrettable exemple d'apparence trompeuse.

 

J'ai tout essayé, replier le doigt blessé, applaudir dans l'autre sens (mains gauche dessous mains droite dessus) et oui c'est possible mais beaucoup moins efficace, on émet moins de son, curieusement. 

 

 

Commentaires