jeudi 8 janvier 2015
jeudi 8 janvier 2015 vers 11 heures du matin : un livre de recette avec les fleurs

jeudi 8 janvier 2015 10:03:42 UTC+1

Je m'apprête à fermer l'ordinateur. C'est l'heure de partir au travail. Tenter d'assurer l'obligatoire du quotidien est la meilleure façon de résister, la seule, du moins à ma portée.

Apparaît dans le coin droit de l'écran ce petit rectangle qui indique brièvement qu'un message est arrivé. On y voit les prénoms et noms de l'expéditeur et le tout début de l'objet. Le petit encart s'efface de lui-même au bout de quelques secondes. C'est le paramétrage d'usine de mon ordi.

Je suis surprise. Il y avait eu rupture puis silence (logique) depuis un an et demi. Très vite : ça doit être un message de condoléances, ou des condoléances à transmettre à un ami commun. C'est d'autant plus plausible que j'ai rencontré Philippe Honoré parmi les amis de l'Astrée, dont j'ai fait connaissance parce que l'auteur du message y était invité et qu'il m'avait conviée à l'y retrouver (au dernier moment il n'avait pu venir urgence médicale familiale).

Alors j'ai ouvert le message. S'il faut transmettre, on transmettra.

Mal m'en a pris.

Plus rien n'a de sens. Même le passé.

 (Ce n'est pas un message personnel, je le reproduis donc avant de l'effacer)

rectificatif au 13/01/15 : à la réflexion, message supprimé de ce billet. Ne serait-ce que parce que des tiers sont concernés, qui ont participé à ces travaux, dont les coordonnées étaient publiées, et qui n'avaient pas demandé un tel zèle d'annonce dans un tel moment ; que celui que je considère comme mon frère m'a dit que celui des co-auteurs dont j'ai été si proche ne méritait que l'oubli. Enfin et surtout parce que l'ami que j'ai perdu dans la fusillade à Charlie Hebdo était quelqu'un d'humainement élégant. Il convient désormais, quoi qu'il advienne, de se montrer digne de lui. 

Pour que les choses restent compréhensibles je précise donc simplement que ce mail de type newsletter, rien de personnel, comprenait l'autopromotion de deux ouvrages à paraître le 5 mars prochain, l'un pour un roman concernant plusieurs personnages féminins et annonçant Les voilà en route pour une grande aventure sentimentale, palpitante et joyeuse ! ; l'autre pour un recueil de textes érotiques avec illustrations de la partenaire. Trois photos : les deux couvertures et une des deux auteurs. La version audio offerte pour les acheteurs de la version papier ou numérique. Et quelques liens dont l'annonce d'un site commun (Découvrez le site « Xxxxxxx-Xxxxxxxxx » et ses nombreux bonus !). 

J'ai pris aussi le temps de vérifier que selon des caractéristiques du messages, du moins celles auxquelles je peux en tant que destinataire accéder, il s'agit bien d'un mail expédié le 8 janvier 2015 en milieu de matinée et que ça ne serait donc a priori pas mon opérateur qui m'aurait joué ce mauvais coup de bloquer quelque part ce message et le libérer malencontreusement au pire moment.

J'écris ici pour témoigner au concret de ce qu'il est advenu début 2015 à Paris, comment ça s'enchaînait pour une personne quelconque habitante d'Île de France, libraire, par amitié un tout petit peu plus touchée que d'autres (mais tellement moins que certains et bien moins que certains de mes propres proches amis). Je ne dois citer les autres que dans la stricte mesure de l'incidence qu'ont leurs actions. Ce message précis à ce moment là fut un cran de plus dans la folie générale. 

 

 

 

 

Commentaires