Arc-en-ciel (presque) vertical
Il restait dix ans

Mac Andrew (salut monsieur)

 

J'ai été surprise ce matin au saut du lit par la peine ressentie en lisant cette brève (1)

Capture d’écran 2014-08-12 à 08.14.19

 

Ce n'est pas que je n'appréciais pas l'acteur, dans le peu de films où je l'ai vu jouer il m'a impressionnée. Mais voilà, il ne joue jouait pas tellement dans les films que je fréquente ou j'allais assez peu voir ceux dans lesquels il jouait. Bref, on s'est trop peu croisés pour que mon chagrin, même si je suis toujours triste face aux hommes qui renoncent (2), cet étrange sentiment d'être concerné(e)s par quelqu'un qu'on ne connaissait qu'à travers son travail, qu'on n'avait jamais rencontré, soit explicable.

Puis ça m'est revenu.

Durant mes trois années d'études de Travaux Publics, un rayon de soleil instructif et pédagogique était constitué par les cours d'anglais. Le professeur que nous avions, du genre à accepter une dérogation pour que mon amoureux puisse assister aux mêmes cours que les miens et ne soit pas jeté dans un autre groupe, possédait un humour sans faille, une distance efficace, il ouvrait les yeux des jeunes sur un peu autre chose que l'efficacité technico-managériale qu'on tentait de nous inculquer.

Il est mort quelques années après (le quelque, c'est sans doute 10 ans au moins), je passe parfois le saluer au Père Lachaise. On se voyait de loin en loin et le jour même de son décès, en mode Tiens, ça fait longtemps que l'on ne s'est pas vus, j'avais tenté de le joindre. En ce temps-là il n'y avait pas l'internet pour tenter de savoir ce que sont devenus ceux qui ne répondent plus. Un ami commun m'avait finalement prévenue et j'avais pris une demi-journée de congé (3) afin d'assister à ses obsèques. 

On était beaucoup à l'aimer beaucoup dans la promo dont je faisais partie, mais nous étions par rapport à sa vie, d'une zone intermédiaire : pas les plus anciens des élèves devenus de vrais grands amis, pas les plus récents qui le voyaient encore peu de temps auparavant. Je n'impaginais donc pas trouver une foule rassemblée là, une chapelle pleine. 

Et des élèves les plus récents, en hommage, certains avaient repris le fameux 

"Captain, ô captain" du "Cercle des poètes disparus". Et c'est vrai qu'il jouait un peu ce rôle pour la plupart d'entre nous (4).

Alors ce matin les articles évoquant la mort de l'acteur du rôle m'ont ramenée à ce moment, émouvant, et au chagrin d'avoir perdu quelqu'un qui m'avait aidé à grandir. Et il y a cette peine induite par l'annonce d'un décès, peine soudain partagée entre qui avait tenu le rôle et qui aurait pu l'inspirer.

Hello Peter, vois-tu ?, c'est un acteur d'Hollywood qui me fait penser à vous.

 

(1) Tiens pour une fois j'apprends une info par une brève du monde. Je n'avais pas eu le temps d'ouvrir twitter.

(2) Est-ce pour une femme si différent ?

(3) En ce temps-là les RTT n'existaient pas non plus. 

(4) Pour ma part c'était plutôt de me sentir moins seule à n'être pas "dans le moule", je n'ai besoin de personne pour être un peu rebelle, me poser des questions. Mais je ne venais pas du même milieu que la majorité de mes petits camarades de promos.

PS : 

Capture d’écran 2014-08-12 à 08.31.03

Commentaires