Simple mais intelligent
Comment font ?

Le mystère persistant des tondeuses à gazon


Certains matins de belle saison, à cette heure-ci, entre 8 et 9, j'entends par la fenêtre de ma cuisine, les sons si caractéristiques de tondeuses à gazon. Certes ma pièce est en surplomb de la rue charmante d'une cité ouvrière, désormais classée aux maisons parfois penchées et devenues logis de riches. Mais leur carré de jardinets est si petit que si gazon il y a, un sécateur suffit. Au delà tout est bêtonné, sans interstices : d'anciennes friches industrielles, de vieux hangars, des garages (1), il y a 15 ans ont été rasés et ont fait place à des immeubles hauts et tassés.

Nos balcons arrières étant circulants (2), je suis même allée un jour jusqu'à chez les voisins regarder si vu de leur côté on entrapercevait un brin de pelouse. 

Non.

La seule possibilité serait un jardin public qui est en cœur d'ilôt d'un des lots d'immeubles récents. Mais ça demeure étrange : pourquoi dans ce cas, puisqu'il est assez loin et précisément entouré desdits bâtiments entendrais-je de ma cuisine les tondeuses si précisément ?

Il est à noter que le bruit des tondeuses n'est pas suivi, hélas, de l'odeur délicieuse de l'herbe fraîchement coupée. 

(mais je ne crois pas ce bruit confondable, comme celui des pousseurs de feuilles à l'automne, il est très caractéristique).

Voilà un petit mystère supplémentaire des jours tranquilles d'une ville en paix.

 

(1) de ceux où l'on réparait.

(2) sauf que de plus en plus les gens bouclent leur petite partie, sans doute par crainte que leur poisson rouge ne s'échappe. triste époque.

Commentaires