Et soudain (de la BNF as a shelter)
Volé sans doute et recyclé

Un temps d'octobre

 

PA170112Au gré de mes rattrapages studieux de photos du jour le jour et du travail de diariste associé je m'aperçois qu'il a fait aujourd'hui le quasiment même temps qu'au 17 octobre 2012. C'est quand même un peu bête pour un mois de juillet.

Je me souviens d'une belle soirée au Thé des Écrivains en la compagnie trop brève de Jerome Charyn, de l'attente joyeuse de la venue de Joël Dicker dont le succès s'amorçait et qui nous vit précurseurs. À part la non-venue de Celui qui (1), et par ailleurs et donc ce temps souvent pluvieux et gris, l'automne 2012 aura été une belle période. 

Dans l'ignorance des difficultés qui suivraient et de tout ce qui s'achèverait après juin 2013, dont le retour des problèmes familiaux de santé, j'ai pu heureusement en profiter. Il ne faut pas se voiler la face devant les nuages annonciateurs de périodes troublées, mais pour autant s'efforcer de croire que l'on va vers du mieux. Sinon où trouver le courage, l'énergie ?

 

[photo : mercredi 17 octobre 2012 14:24]

nb. : L'escabeau était une ruse afin d'éloigner les parapluies des livres sur lesquels ils gouttaient si un passant qui en était pourvu s'arrêtait (et pire : s'il se penchait)

(1) Façon de désigner empruntée à Anne Savelli mais pas tout à fait dans le même cas (en tout cas je ne le lui souhaite pas) 

 

 

À part ça, curieuse difficulté pour répondre à l'appel à textes d'Antidata : trop d'idées sur le thème ("Le dernier") et pas assez de temps assise vaillante devant mon clavier. J'en suis à quatre directions possibles, entre deux crimes, un fan de groupe pop et une épidémie éditoriale, plus une cinquième possibilité plus chorale et diffuse. Je crains que ça ne finisse en collection d'ébauches et rien d'envoyable ou alors, mais longtemps plus tard, un recueil de nouvelles entier ! 

Commentaires