366 - Aujourd'hui transparences
Le mauvais esprit

Mon fils m'a fait un joli cadeau (mais pas exactement celui qu'il croyait)

 

Il me demande il y a quelques jours si je connais Louis C. K., me précise qu'il s'agit d'un humoriste. Comme je n'en ai pas entendu parler, il me fait suivre un lien vers cette video, qui est à recommander à tous les jeunes parents (ou ceux qui s'apprêtent à le devenir). 

Effectivement, j'ai bien ri.

Mais c'est au moment de passer à une autre, que j'ai pris conscience d'un truc, alors je l'ai recalée au début. C'était bien ça : le fiston m'avait envoyée une video en v.o. non sous-titrée.

Je crois avoir été une mère assez tolérante - les enfants ou leur père me diront peut-être que non -. J'ai par ailleurs aussi tenté de transmettre l'amour de la lecture (réussi pour ma fille, échec cuisant pour le garçon), le goût du cinéma, la musique et la nécessité d'une pratique sportive régulière (sport au choix). Il me semblait que c'était dans ces domaines que j'avais quelque chose à apporter, ainsi que le goût du bon, plus difficile à transmettre puisque j'ai abandonné la cuisine quand j'ai attrapé l'écriture.
Mais j'ai volontairement été un dictateur du prolétariat familial concernant les imbécilités télévisuelles trop carabinées - j'avoue qu'il m'est arrivée, rentrant du travail, d'éteindre sauvagement des ?/§%# d'émission de télé-réalité ou parfois des niaiseries entrevues qui étaient à hurler de stupidité condensée -, et la v.o.

 

J'ai fait la méchante parce qu'il le fallait.

Pour moi il est vital de parler plusieurs langues, la maîtrise de l'anglais en particulier est indispensable (que ça nous plaise ou non), et plus on pratique plus ça devient facile. Comme j'ai appris l'anglais grâce aux films et aux Beatles au moins autant qu'aux cours en classe, je peux témoigner des progrès que l'usage de la v.o. nous offre sans tant d'efforts que ça.
Ma fille qui est voyageuse et l'était dès enfant, a très vite et bien pris le pli. En revanche avec son frère, il y a eu pas mal de discussions. Qu'il m'est arrivé de conclure par l'argument que je déteste : celui d'autorité. Parce que certaine d'avoir raison, et de rendre service sur le moyen long-terme. Et que j'étais parfois à courts d'arguments (1).

Il s'y est mis. Il a même parfois pour des séances de ciné convaincu des amis.

Mais de là à ce qu'il devienne capable de pratiquer le sans sous-titres, au vu des réticences de départ, je n'imaginais pas.

Alors ce petit sketch partagé, c'est un sacré grand cadeau qu'il me fait. Dans mon boulot de maman, je n'aurai donc pas tout foiré.

Hey kids, you're both gonna make it !

 

(1) Le jeune bougre est un débatteur redoutable et comme il zone dans le même humour que moi, des qualités de réparties en plus, j'ai presque toujours le dessous en cas de discordances de vues. C'est comme de lutter contre quelqu'un qui aurait les mêmes armes que soi mais en plus affûtées.

 

 

Je suis toujours émue en tant que parent, lorsqu'arrive la confirmation de notre réussite : quand l'enfant devenu grand devient meilleur que nous dans un domaine où l'on se défendait. Comme je me sens toujours très périssable, c'est à chaque fois pour moi un immense soulagement, en plus que la preuve que le travail de transmission a été fait au mieux. À présent, à toi, l'humain tout neuf de la génération d'après, de jouer. Quant à moi : mission accomplie.

Commentaires