Association d'idées
Projet Relire : y a-t-il du nouveau ?

L'habile pickpocket(te)

(L'avais-je déjà écrit, ou non ? Ça me prendra moins de temps de l'évoquer à nouveau que de rechercher)

Je voulais l'écrire pour un camarade de touites qui s'est fait subtiliser sa carte bancaire ce soir en allant au cinéma. Que surtout il ne se sente pas coupable d'inattention ou assimilée : certains pickpockets sont imparables.

*        *        *

C'était il y a un paquet de mois, une station de métro des Champs Élysées. En ce printemps qui n'arrivait pas. Et donc les gens de type cadres d'entreprise étaient en costume + imper ou pour les femmes tailleurs + imper.

Je sortais du métro. Un de ces cadres me précédait. L'imper ouvert parce qu'il ne faisait quand même pas si froid. Il allait vers la sortie. 

Avec une trajectoire perpendiculaire bondissait sur le quai une de ses blondes élégantes tailleur talons imperméable court, elle lui a foncé dedans, en mode "je ne vous avais pas vu sortir du métro je suis si pressée". S'était excusée, lui, grand sourire - ce n'est pas tous les jours qu'on se fait heurter par une sorte d'héroïne de série américaine (1) - et qui hâtif poursuit son chemin. Et elle aussi filant malgré ses hauts talons.

Mais elle avait un autre talent : le type s'était trouvé soulagé de son portefeuille. 

J'étais juste derrière lui, j'ai vu le mouvement très bref et précis. En fait mon attention avait été aiguisée par le fait que ce genre de femmes qui maîtrisent tout ne foncent pas dans les autres personnes - ni d'ailleurs ne se font foncer dedans, elles se voient -, il y avait donc une bizarrerie. Et l'animal citadin que je suis se met automatiquement sur le qui-vive lorsque quelque chose du paysage urbain alentour "cloche".

Je n'ai rien dit : tout s'était passé trop vite, la femme était irratrapable, si j'avais rejoint le type en lui disant La belle blonde, elle vient de vous tirer votre larfeuille, mon garçon ! Il aurait cru à une embrouille de ma part et m'aurait peut-être soupçonnée - brune pas si grande un air du sud, mal habilllée -. J'allais bosser et ne voulais pas me mettre en retard pour une histoire concernant un type qui s'en remettrait - je pense que j'aurais réagi différemment si le type avait été habillé tout venant non griffé, et puis ce qui est certain c'est qu'elle l'avait ciblé pour ses potentialités de gains, elle n'allait pas gâcher son art sur le quidam moyen -. Son sourire appréciateur m'avait agacée. Et puis je dois l'avouer, j'étais admirative de l'art qu'elle avait mis dans son mouvement. Rien à dire, de la belle ouvrage. Enfin quand bien même j'eusse été crue par l'homme qui serait allé porter plainte contre elle au plus proche commissariat, on m'aurait demandé en tant que témoin d'examiner des photos de coupables potentiels et ces grandes blondes tailleurs cheveux raides, yeux clairs, silhouettes élancées fort la poitrine étrangement généreuse, jambes interminables, je suis incapable de les différencier, femmes de footballeurs et poupées barbie. Celle-là se distinguait seulement dans l'action.

Longtemps après je reste persuadée que le type qui se sera sans doute aperçu du larcin en arrivant à son bureau, n'a pas un seul instant imaginé que c'était à la créature collisionnaire qu'il devait ce tracas, cet argent perdu et ses papiers à refaire, ainsi qu'un probable lot de cartes en tout genre. Je lui souhaitais seulement de n'avoir pas trop dans la collection de photos personnelles difficiles à reproduire, ni de petit souvenir affectif (2).

Certains pickpockets connaissent leur métier.

 

 

(1) Elle ressemblait à ceci mais en tailleur.

(2) Quand on m'a volé mon portefeuille à La Rochelle en 2009 il contenait une copie du message qui m'a basculée dans l'écriture ("N'as-tu jamais songé à rassembler ce que tu écris ..." envoyé par quelqu'un qui s'y connaissait et que j'aimais tant), ainsi qu'une de l'un des messages qui ressemblaient à s'y méprendre à une déclaration d'amour de la part d'un type qui, à défaut de savoir le faire, savait écrire et séduire aussi. Je ne les ai jamais réimprimés. Peur, puisque c'était si facile à subtiliser, qu'ils ne tombassent en de mauvaises mains. Mon portefeuille désormais ne contient que de l'utilitaire ou du souvenir imperceptible (qui peut savoir que ce ticket de cinéma possède un sens particulier ? ce ticket multiple de la Stib où ne subsiste qu'un seul voyage non effectué, qui ne le sera sans doute jamais ?), pas même une photo de mes enfants petits.

Commentaires