Soir tranquille à Clichy
Paris Carnets - les dix ans

En espérant pouvoir un jour paraphraser Proust

 

P8084945

 

Crise aiguë dans la nuit de pallud du chagrin, dû changer de tee-shirt quatre fois (le rose au départ trempé par la transpiration de la fièvre, puis le bleu, puis le rose qui entre temps avait un peu séché puis le blanc dans lequel au matin je me suis réveillée encore en train de frissonner), ce qui doit être mon record depuis le début de l'été.


Je le note ici dans l'espoir un jour de pouvoir écrire en paraphrasant ce bon vieux Marcel : Dire que j'ai gâché des années de ma vie, que j'ai voulu mourir, que j'ai eu un grand amour, pour un homme qui m'avait séduite assidûment mais que je n'attirais pas, dont je n'étais pas le genre !

En attendant, même si je n'étais qu'une amie il paraît, c'est dur à traverser et fracassant pour la confiance d'avoir été quittée après de longues années avec peu de respect et pas mal de lâcheté.

 

PS tant qu'à faire : La vraie citation, sauf erreur de ma part vient d'"Un amour de Swann" : 
"Dire que j'ai gâché des années de ma vie, que j'ai voulu mourir, que j'ai eu mon plus grand amour, pour une femme qui ne me plaisait pas, qui n'était pas mon genre !"

 

 

 

Commentaires