Searching for Sugar Man
J'en tiens un ! (d'exemple)

Merci Virgile

 

Les commentaires chez lui étant fermés - ce que je comprends, il est lu et sur des sujets politiques souvent, il faut pouvoir être présent pour répondre rapidement, or il arrive que l'on soit occuper aussi par la vie loin de l'ordi -, c'est ici que je dépose donc mes remerciements pour son billet : 

Aigreurs

Parce que je le ressens aussi et que depuis la période de présidence de Nicolas Sarkozy (et en Italie, Berlusconi) c'est comme si autorisation avait alors été offerte à la plus crasse bêtise, à la haine, au mépris des autres non seulement de s'exprimer mais d'être revendiqué. Ce réflexe ancestral qui fait que lorsqu'on est soi-même sans grandes qualités on se raccroche à des caractéristiques natives en prétendant qu'elles en sont (je suis blanc c'est "mieux" que d'être noir, je suis hétéro c'est "mieux" que d'être homo, je suis un homme c'est "mieux" que d'être une femme, je suis supporter du PSG c'est "mieux" que d'être supporter de l'OM etc.) avec souvent par là-dessus une couche religieuse qui sert à justifier les autres préjugés et asseoir bien plus la haine que l'amour du prochain (je crois en Dieu Alpha c'est "mieux" que de croire en Dieu Bêta). Des dirigeants politiques dignes de ce nom devraient être là non seulement pour satisfaire leur goût du lucre et du pouvoir - s'ils ne l'avaient pas, ils ne seraient pas arrivés là -, mais aussi un peu faire de la pédagogie afin de gouverner un peuple un peu moins pas civilisé. Manque de bol, on vit une époque où la pression démographique rend nécessaire l'ouverture de la vieille Europe aux humains venus d'un peu plus loin et tout un ensemble de politiciens y ont vu une belle opportunité de carrière - en plus que riches et blancs ils s'estiment sans doute sincèrement supérieurs au commun des mortels - : flattons les bas instincts, les électeurs seront plus nombreux à voter pour nous. Opération réussie, même si en France ponctuellement on devrait bénéficier de 5 ans où ces discours n'auront plus cours officiellement, l'expression libérée des haines et des rejets, des C'était mieux quand on était entre nous, est partie pour durer. Le libéralisme mondialisé et qui rend les conditions de vie quotidienne de la plupart des gens de plus en plus difficiles n'arrange rien. Quand on galère, on a encore plus tendance à accuser de ses malheurs le premier bouc émissaire qui passe à proximité.

Si la planète ne meurt pas d'épuisement et si des guerres civiles n'éclatent pas entre-temps, il faudra sans doute deux ou trois générations avant d'écluser ce passif et que toutes les diversités soient admises de façon naturelle par la plupart des gens et sans prétendues hiérarchies natives à la con.

Nous nous battons aujourd'hui pour une dignité qui sera acquise demain, ne laissons pas trop de pouvoir aux freins.

 

PS : To all my friends from other parts of the world, please do not believe that what you may see on your screens tomorrow is a true insight of what french people are, it is just the worst part of that land feeling entitled to get out of old dark woods. 

 

 

Commentaires