Annulation soirée dédicace du 12 décembre
Opération pièces jaunes ?

Dates (la mémoire des)

Grâce à Thierry Beistingel, Étonnements, via Anne Savelli

 

Je n'ai pas le temps d'écrire, mais je n'en peux plus de ne pas avoir le temps. Alors je le prends. Mais comme je ne l'ai pas, je serai obligée de procéder en deux temps.

D'abord ce qui me revient en mémoire spontanément (sans doute pas grand-chose de précis).

Plus tard ce que je retrouverai dans mes agendas si je retrouve mes agendas (à partir de l'époque des blogs ça sera plus facile)

01/01/01 : J'étais sans doute chez mes parents avec ma propre petite famille. Nous fêtions traditionnellement par un repas du lendemain midi le premier de l'an. Je me consolais de la contrainte en voyant mes enfants, encore petits, contents (mes parents avaient un pavillon avec jardin (ma mère l'a toujours, mais mon père n'est plus de ce monde)). Le 9/11 n'avait pas encore eu lieu et je pense que dans notre naïveté d'occidentaux repus nous avions un pourcentage d'optimisme en plus (ou de pessimisme en moins).

02/02/02 : Je travaillais depuis l'automne à La Défense dans un service où les collègues étaient sympathiques mais le travail fastidieux. 2002 est je crois la seule année "normale" de ma vie : rien de grave ne va mal, je suis concentrée sur les soins aux enfants, la maison, le travail. En février l'aîné de ma meilleure n'est pas encore tombé malade, Le Pen n'a pas encore passé un tour aux élections. Nous l'ignorons mais nous sommes presque insouciants.

03/03/03 : J'ai lu le livre qui a changé ma vie, l'amitié s'est faite plus forte encore, plus resserrée. Je suis au bord de tomber dans l'écriture et que ma vie bascule, mais je l'ignore. C'est encore métro-boulot-marmots-dodo. Je ne suis ni heureuse, ni malheureuse, je trime, vois les enfants plutôt joyeux, me dit que tout va bien. J'ai déjà découvert le premier blog qui lui aussi, puisque je deviendrai blogueuse à mon tour, changera ma vie. Il est sur U-blog à l'époque (je crois).

04/04/04 : L'écriture fait l'ouragan dans ma vie mais à ce moment-là les bourasques sont encore de forts vents porteurs. Je me fais fantôme, par ailleurs avec un sentiment de grand honneur, Béta-lectrice pour "Les trois médecins". C'est une double vie de travail, mais le travail d'écrire (ou relire celui des autres) me va si bien qu'il me donne la force d'assurer l'autre, le décevant gagne-pain. Mon père semble en excellente santé pour son âge et nous nous disputons presque à chaque fois qu'on se voit.

(la suite plus tard, gota go to work)

 

 

Commentaires