Le kiosque retapé
Les petits robots

Et si je devenais un vrai trader, tiens

Ces derniers temps sur ma messagerie,

 

J'ignore si ce sont les spams qui ont fait des progrès, ou mes deux antispams (celui de l'opérateur puis celui de mon logiciel de messagerie) qui faiblissent mais ces derniers temps davantage de spams envahissent cette dernière, alors qu'il fut un temps où ça s'était calmé.

Je parle des vrais spams et non des newsletters auxquelles on souscrit un soir de solitude ou parce qu'un spectacle dans un théâtre nous intéressait et dont il devient impossible ensuite de se désabonner.

Certains sont particulièrement flippant (via @Scott_Ann , qui se trouva jadis être ma prof de blog chez 20-six qui plantait, ô temps héroïque des pionniers !) (1), d'autres très drôles, très farfelus.

Le Viagra a presque disparu, dommage, j'en connais à présent qui en auraient besoin. De façon plus générale, les spams médicaux ne sont plus trop d'actualité - soyons optimistes et imaginons que les sites de faux produits pharmaceutiques ont été démantelés -.

En revanche, aujourd'hui, on m'aura proposé, antispam de premier niveau inclus - car du coup j'y suis allée voir par curiosité - : 

- un pass d'autoroute gratuit ; 

- un afterwork du jeudi, pour tenter de rencontrer autre chose qu'un ... non, rien.

- un kit qui me permettra de devenir le trader que j'ai toujours rêvé d'être. Du coup j'aurai peut-être une chance de présenter bien pour l'afterwork. Question : les traders ont-ils le temps de traîner aux afterwork à l'heure où s'ouvrent les marchés palpitants de l'autre bout du monde ?

- "Une clé USB, un objet très utile, très petit, que l'on peut emmener partout" (sic)

- un presque mystérieux "Moins 40 % sur tous les styles de la maison" (comment peut-on faire une réduction sur un style ?)

- Trois nuits pour le prix de deux dans un hôtel d'une certaine marque. (L'amant éblouissant est-il fourni ?)

- Franz Olivier Giesbert me propose en personne (2) un abonnement à des conditions privilégiées ;

- la maison du Danemark m'invite à un speak dating (3) ;

- Am*zon me propose des soldes sur "des milliers de bijoux". Quelle recherche ai-je bien pu commettre qui les aura laissé croire que la bijouterie m'intéressait ?, eux d'habitude si pointus quand il s'agit de suggérer des titres de livres, au point que c'en est parfois troublant (ils me conseillent celui que je suis en train de lire)

-un autre afterwork croit que j'ai les moyens de réserver une bouteille de champagne et m'offre alors les entrées (pourquoi ce pluriel ? Quel est l'intérêt d'aller à un afterwork si l'on n'est pas seul(e) ?) ;

- L'ESSEC me propose de rejoindre le programme préféré des cadres seniors, belle photo à la clef un homme en costume cravate pas très bien nouée, cheveux blancs mais fournis, sourire carnassier, en arrière plan femme en tailleur aux cheveux teints, les deux sur le mode On est vieux mais on est dynamiques quand même et même pas on a pris du bide.

- Télérama me propose avec franchise un abonnement pour tel prix, c'est presque agréable une réclame sans frime et qui indique clairement son objet - sans faire semblant qu'une star m'écrit ni que j'ai gagné le droit de gagner un truc que je ne vais pas gagner ;

- Tout le contraire avec Jérôme Gallois (si je m'appelais Jérôme Gallois, ça ne me plairait pas, cet usage de mon identité), qui m'ordonne "Mettez fin à vos crédits", objet qui masque mal une entreprise de rachat de crédits ce qui n'y met pas fin mais au contraire sous couvert de mensualités moins élevées d'apparence mais sur plus longtemps les fait repartir pour un tour d'endettement les malheureux qui y souscrivent.

- Les afterworks ayant sans doute constaté ma faible d'appétence à leur égard, je reçois en fin de journée une proposition pour un before party chez Maxim's. Renseignements pris le before party s'avère avoir lieu aux mêmes heures que les afterworks. Je suppose donc qu'il s'adresse aux plus jeunes, encore capables de sortir durant la nuit du jeudi au vendredi tout en assurant ce dernier au travail ;

- Darty me propose un téléphone perfectionné et "une vie numérique sereine" (sic). Je suppose que l'achat chez eux d'un aspirateur récent m'a trahie - pourtant je ne crois pas avoir laissé d'e-mail et certainement pas celui qu'ils utilisent - ;

- Voyage SNCF.com me propose des réductions formidables ... sur des trajets en avion.

- Cyrillus me propose une réduction de 40 % sur plus de 700 produits (4) ; si c'est comme je crois, une marque pour enfants, leur ciblage est raté.

- En soirée, un robot qui devait se douter que la mienne serait arosée, est venu me rappeler que les éthylotests étaient obligatoires depuis juillet, norme NF. On me les propose par lots de 2 à 20. Pour quelqu'un qui ne conduit plus guère, c'est un luxe.

 

Seuls quatre d'entre eux seraient susceptibles de m'intéresser du moins si j'étais en période faste : l'abonnement à Télérama, la clef USB, les nuits d'hôtel (et encore : Arras, Bruxelles ?) et la maison du Danemark. De tous les autres je n'ai aucun usage et ça ne semble pas près d'être le cas dans l'immédiat.

J'ai beau me dire qu'il suffit de 1% d'une masse énorme de consommateurs ciblés qui répond et achète, ça en fait des sous, je me demande vraiment si les spams permettent à quelque entreprise que ce soit de gagner de l'argent ; sans compter que lorsqu'elle est connue, l'image de marque de l'entreprise à trop en faire et déranger, en prend un coup.

 

(1) Je l'ai reçu peu après. J'ai apprécié d'avoir été avertie, c'était moins inquiétant.

(2) Ces messages publicitaires envoyés avec un nom propre ont le don de m'exaspérer plus encore que les autres. Sans doute parce que le côté On vous prend pour des cons m'insupporte particulièrement.

(3) De toutes les offres la seule qui eût pu m'intéresser. Mais hélas c'est sur mes heures de travail.

(4) J'ai du mal à comprendre en quoi un nombre de produits important est plus incitatif.

Commentaires