Comment survivra-t-il ?
Le déni

366 - Aujourd'hui comme si vous l'aviez vécu avec quelqu'un d'autre, mais qui ?

 

Il nous aurait attendu à la gare, venu avec son plus jeune fils. L'aîné aurait eu mieux à faire, il est en âge de plaire aux filles et a compris qu'il fallait en profiter tant que le corps pouvait. La péremption vient si vite.

Celui qui se serait appuyé au toit de la voiture, type pensif et si beau. Son sourire d'accueil m'aurait saisie de fond en comble. Il n'aurait pas dit, Et les betteraves, les as-tu finies ? ou alors pour rire, comme blague de connivence.

Les deux garçons auraient été contents de leurs retrouvailles. Ils s'entendent bien, même si le mien est parti vivre dans les jeux et n'accorde à la vie qu'un intérêt d'interstice.

Il ne m'aurait pas offert de fleurs car nous serions fauchés. Mais y aurait songé. Il aurait proposé de faire avant de poser bagages, jusqu'à la mer un crochet. 

Nous n'aurions peut-être pas non plus fait l'amour, avec les enfants présents, c'est toujours délicat. Lui non plus n'est pas non plus en grande forme. Un baiser consolera.

Et d'être réunis.

Au dîner, la conversation avec les amis qui nous avaient invités aurait été foisonnante et sur un pied d'égalité. J'aurais cessé de me sentir seule, déphasée, décalée, isolée dans un monde soit trop haut soit trop bas.


366 réels à prise rapide - le projet
 

366 réels à prise rapide - les consignes.

Commentaires