Not to be lost in Lost in Austen
366 - super héros - version 2

366 - super héros - version 1

 

Je ne suis pas un super héros, seulement une Bonne Mascotte, spécialisée littérature avec quelques incursions dans la musique et le cinéma. Qui est pris dans l'écriture, ou s'y sent poussé mais sans parvenir à franchir le pas, ou a connu des périodes fastes mais à présent s'enlise, peut sous certaines conditions qui ne m'appartiennent pas, compter sur mes services.

Les résultats sont parfois spectaculaires. J'ignore comment doser. Le processus une fois enclenché semble irréversible, Wytejczk a d'ailleurs peut-être disparu un peu pour cette raison-là, qui souhaitait rester coursier et non virer écrivain (douloureusement) renommé. Mon carnet d'adresses pourrait sembler somptueux aux yeux d'un fin lettré. Il l'est en forme d'apparences trompeuses : j'ai rencontré les uns et les autres avant leurs premiers succès ou que débute enfin la trop tardive reconnaissance de leur travail.

Le rôle est harassant. Il convient de lire énormément. Il n'est pas sans chagrin : les hommes (hétéros) à peine tirés de la mélasse s'empressent de prendre femme, laquelle non seulement jouira de leur présence mais est prise pour la muse quand je l'ai précédée de mon pouvoir discret. Il semblerait que Bonne Mascotte, tout comme jadis Vestale, condamne à la chasteté.

De plus tel le rôle de "U" dans l'œuvre de Grégoire Solotareff et Serge Élissalde, il abonne à la solitude : une fois la mission accomplie, l'auteur tiré d'affaire, la romancière satellisée sur les orbites du grand succès, on diminue puis disparaît ou presque de la vie du ou de la Mascottée. Ça n'empêche pas de jolies retrouvailles, mais elles tendent vite à s'espacer et se distend le lien, disparaît l'intimité (1).

Enfin, on n'est pas Bonne Mascotte de soi-même. Il semblerait même, si j'en crois les derniers développements, qu'il est impossible à une Bonne Mascotte d'en trouver une pour soi. La Bonne Mascotte de base ne peut compter que sur une clémence particulière du petit dieu facétieux des livres pour services rendus. Cette clémence est volatile et ne pèse pas lourd face au poids du féroce Chagrin d'Amours, cousin d'Hécatonchires aux pouvoirs voisins, ni aux œuvres inlassables des Parques de l'Ennui Sérieux de Santé. De plus, comme elle fait gagner beaucoup d'argent à ceux qu'elle a secondé, le demi dieu Picsoulidon n'a plus pour elle de budget. Le petit dieu des livres intervient parfois afin de lui éviter l'absolue banqueroute, souvent d'un (fin) cheveu.

Si j'ai survécu jusque-là, c'est que malgré la baisse de la part de l'écrit dans nos sociétés de cons-sommations, il restait encore bien des appelés à protéger afin qu'ils fassent un jour partie des élus d'un art bientôt perdu.

 

(1) à de notables exceptions près.

 


366 réels à prise rapide

Commentaires