Le Rex affiche sa nouvelle splendeur - One night she started - Fotolog
Lundi calme en cuisine

Plus blanche que blanche

à la maison intérieur soir, hier puis aujourd'hui

Il a un rendez-vous professionnel sérieux en début de semaine. Me l'a dit et je m'en souviens.
Complète l'information hier soir d'un  Il faudrait laver ma chemise blanche, légèrement inquiet, qu'il s'agisse de la rencontre prévue, de ma réaction lasse (1) ou de l'état du vêtement.

Je ne suis pas d'humeur à revendiquer qu'enfin des lessives on me libère. Depuis que je travaille chez moi il est vrai que cette charge ne pèse pas tant qu'avant. Pour autant, j'ignore pourquoi mais mettre en route la machine à laver semble au-dessus des forces du reste de la maisonnée. Pourtant je ne suis pas particulièrement experte en la matière. Il m'arrive même parfois quelques mésaventures qui feraient rougir de honte toute casalinga digne de ce nom.

Le temps de régler son sort à la session précédente, je me mets seulement ce soir en quête de l'objet à laver vers la zone de linge du demandeur. Des chemises qui s'empilent, oui. De blanche, aucune.
Je finis lorsqu'enfin je le croise par demander, perplexe et doutant d'avoir bien compris, l'information au principal intéressé : Euh, dis, ta chemise blanche, c'est laquelle, qu'il fallait laver ?

Il retourne au tas et très vite m'en tend une de celles en bon état.
Certes blanche. Mais à fines rayures verticales sombres.

- Mais elle est pas blanche ! je fais.
- Si, blanche. Mais à rayures. répond-il sans plaisanter ni se démonter.

Je crois qu'il serait tant qu'on prévienne les lessiviers. Il y a de nouvelles tendances à conceptualiser.

(1) Yenamarreàlafinsivousvoulezqueleschosessoientlavéesàtempsmettezlesdanslepanier [de linge sale, cela s'entend]

Commentaires