Les bonnes idées de Martine Sonnet
Talking about what's happening to Roman Polanski

dimanche 27 septembre 2009

Heure vague et indéterminée : Réveil si naturel que j'ignore ce qui l'a provoqué, fin d'un rêve - mais dans ce cas aussitôt "vécu" aussitôt oublié, jusqu'à son thème même -, mouvement dans la maisonnée, rayon de soleil ? Je prends la pillule en premier, certaine ainsi de ne pas oublier. Depuis quelques temps et malgré une tristesse, je suis libérée de ma funeste première pensée du matin. Je préfère commencer la journée par la lecture d'un poème.

Alors que je tends la main vers le bouquin, mon telefonino m'indique l'arrivée d'un message.

Il est 8h09.

8h10 : Je lis "Les sentinelles" de Bruno Tessarech, c'est notre lecture mensuelle du cercle des lecteurs de l'Attrape-Cœurs, me rendors, mais le livre n'y est pour rien, plutôt le message qui m'a rassurée tout en me fournissant matière à réflexion. Réfléchir m'a rendormie.

9h38 : Après re-réveil et ablutions d'usage, je suis devant l'ordi, un café au lait, un croissant frais et un verre de jus de fruit.

Quelques touites en réponse à ceux des amis. Façon de dire "Bonjour".

10h30 : J'ai découvert par totale sérendipité que le nom complet que je comptais utiliser pour  un personnage d'une fiction que j'écris correspond à un vivant vrai. Il n'est pas commun c'est le moins qu'on puisse dire. Ça m'obligera donc à en changer, sinon je risque de me sentir gênée. Jolie discussion sur touiteur avec Lomalarch à ce sujet. C'est qu'il a failli gamin avoir une dame de cantine qui s'appelait Thénardier.

10h38 : Je commence à établir la liste de tout ce qu'il faudrait que je dépote dans cette journée, en particulier d'écrire. Ça sera juste impossible à tenir.

10h40 : Je prépare mon sac de piscine, vite fait.

10h45 : Téléchargement de photos de la veille et de l'avant-veille. Méditation sur le sujet du message matinal, thème Hitchcock, les hommes, les femmes, la culture et la sophistication. J'hésite à me mettre à répondre avant de partir nager.

11h48 : J'enfourche au bout de la rue un vélib pour aller à la piscine.
11h54 : Je le dépose à la station juste en face de celle-ci, dernier plot disponible (ouf).

12h04 : Nager

12h57 : Vélib du retour.

13h01 : Poser ce dernier à la station près de la rue. Conseiller un usager occasionnel un peu perdu. Lui indiquer au moment du choix que celui que je viens de poser, le 15, ne comportait pas de défaut majeur. Il m'écoute et l'emprunte.

Après coup je pense à une blague potentielle (1).

13h11 : J'ouvre ma notule dominicale déposée par Philippe Didion avec une ponctualité qui l'honore dans la boîte à message de tous ses abonnés.

13h12 : J'apprends par une brève du Monde que Polanski en Suisse a été arrêté ... pour cette vieille affaire de mœurs datant d'il y a 40 ans. J'éprouve une grande colère.

Du coup tout au long de l'après-midi et même pour un dernier tard dans la soirée, sur touiteur, facebook, messageries, discussions multiples avec les amis et lecture d'articles pour étayer.

Curieusement les femmes soutiennent (le réalisateur) quand les hommes en sont plutôt à déplorer quoique pas toujours mais en ajoutant "en même temps avec ce qu'il a fait".

Ann publiera en fin d'après-midi un touite qui résume précisément ma pensée  

"right or wrong, past catching up like that, wow, nightmare..."

Je me jette sur la lecture des blogs amis afin de faire diversion à ma colère, d'autant plus forte qu'elle est totalement impuissante. J'ai beau me dire qu'il en a vu d'autres et possède sans doute d'excellents avocats, contrairement à d'autres personnes elles aussi accusées d'activités sexuelles condamnables (ici ou ).

16h13 : Je parviens enfin à lire les Notules.

Ce que j'ai fait entre 17h et 18h15 ne regarde (presque) que moi.

 

 

 

(1) indiquer le plus sérieusement du monde un qui serait tout grinçant et pénible à traîner. En aurais-je jamais l'impulsion, même si l'idée ?

 

 

 

 

Comme annoncé dans le billet précédent, ceci est une participation à quelque chose qui n'existe peut-être par encore, mais qu'à au fond suggéré Martine Sonnet, à partir de ceci

Commentaires