Ces grèves pourtant durables dont on ne parle pas
Le complot des cafetières (et autres machines à café)

"C'est le début de quelque chose mais de quoi ? (un amour, un naufrage, un roman ?)"

    

Ça date du 26/08/2003 à 19h15, c'est à dire deux mois après que le premier texte me soit tombé dessus et en gros deux avant que je ne tombe dans le piège pourtant connu du traditionnel VCGA, suivent des mots atrocement prémonitoires comme quoi avant le naufrage je n'aurais pas totalement manqué de lucidité.
Je n'avais juste pas su imaginer les enchaînements de circonstances inimaginables qui suivraient.

Rien qu'en ce qui concernait le travail, il y avait péril à s'y laisser entraîner et je l'avais perçu.
Si j'avais su me parler à moi-même, j'aurais écrit N'y va pas (1) ça va te tuer.
Curieusement, le "C'est" n'y est jamais explicité et plus de 5 douloureuses années après, j'en ai perdu la mémoire.

Mais je suis bien décidée si un peu de temps m'est finalement encore accordé après tant d'échappées étroites et belles, à honorer au plus vite l'hypothèse trois et pourquoi pas retrouver la un, ses sortilèges et ses dangers.

Tout n'est pas perdu, seulement trois années. C'est bien assez.

(1) dans l'écriture

 

   


Ce billet devait parler d'une sorte de rappeur New-Yorkais à grosse gourmette et chaîne en or que t'as pas trop envie d'essayer de lui piquer et qui sur la ligne 13 hier (= dimanche ce qui explique la présence inouïe de places assises) m'a demandé parce qu'il ne souhaitait pas bouger sa veste qui s'étalait sur le siège d'à côté si je ne pouvais pas aller m'assoir en face. Le gag étant qu'il m'a parlé en Américain, que j'ai répondu dans son patois mode ça allait de soi, et ne m'en suis rendue compte qu'après, comme avec le mystérieux émissaire dans "Le Dé d'Atanas" et dont les interlocuteurs ne se souviennent jamais d'en quelle langue il leur a parlé.
Afin d'accéder à mon ancien ordinateur où j'espérais trouver une image pour l'illustrer, j'ai dû déplacer mes carnets mis à sécher ; cette note rescapée, horodatée avec une précision d'exilé (2). Et c'est bien la personne contrainte et robotisée que j'étais que je m'apprêtais à quitter.
Pour toujours et à jamais.

J'en ai oublié l'émietteur de fromage.
(mais pas l'auteure du Vendeur de Kiwi).

A part ça il va falloir que pour quelques années je m'habitue à écrire sur des feuilles ondulées à caractère spongieux (je ne vais quand même pas jeter les cahiers entamés). 


(2) La remarque n'est pas de moi, elle vient d'un portrait en dernière de Libé lu récemment mais dont j'ai oublié le titre et l'auteur.

Commentaires