Comme dans un film de Godard
Comme d'habitude, quoi.

J'aime pas Noël

   A l'orée de décembre    

J'aime pas Noël, où plutôt je n'aime plus. Au temps jadis du siècle dernier, peut-être parce que j'y fus gosse, qui sait, je trouvais l'idée plutôt chouette. C'était une des deux trois (1) occasions de l'an où l'on avait des cadeaux, l'  une autre étant l'anniversaire. On y pensait longtemps à l'avance, on effectuait des choix, qui étaient exaucés ou pas. Je me souviens de savants arbitrages élaborés en mon fort intérieur entre la crainte de trop coûter et mes désirs d'alors.

A présent pour ceux pour qui la vie ne se joue ni encore ni déjà en termes de survie économique, les cadeaux c'est un peu tout et n'importe quand. Un Tintin ou un Astérix constituaient des cadeaux dignes. Un manga, des cartes Yu-Gi-Oh, un livre pour les plus courageux sont à présent de l'ordre du tout-venant. Et l'on trouve ses parents petits joueurs si l'on n'obtient pas la méga-top-jeux-machine.
Entre adultes, tellement on a déjà tout de ce qui est abordable et que nos maisons regorgent d'objets, on en vient parfois même à s'échanger de l'argent. En gardant chacun ses euros on gagnerait du temps.

Bref, Noël me semble devenu une absurdité d'accès obligé de consommation.


A côté de nous tous ceux, et nous demain peut-être, qui peinent à s'en sortir et assistent en bord de route à cette débauche de dépenses dont certaines insensées.

Sans parler de la fête elle-même qui tient à l'écart tous les sans-famille ou mal appariés, ceux qui sont nés là où ils n'allaient pas, ceux qui ont perdu en route leur famille élective et s'en sentent orphelins.

Ceux aussi qui s'entendent bien mais parmi lesquels un deuil récent ou moins laisse une place béante qu'accentue la fête requise.

Pour toutes ces raisons, Noël me rend triste, Noël je n'aime plus.


Raison de plus pour saluer une belle initiative, et qui apparemment fonctionne (pardon si j'ai tardé pour relayer, la vie m'a rendue sceptique (très)), parce que si je n'aime plus la fête obligatoire, j'aime toujours autant ceux qui ne baissent pas les bras :


6a00d8341c61fc53ef010536016223970c-800wi
Comme je ne suis pas chez moi au moment de ce billet je n'ai pas su insérer une image sur laquelle il suffit de cliquer. Le lien est donc
et c'est grâce à Pénélope Jolicoeur via Satsuki.





(1) Comme nous avons de la famille en Italie et que nous allions les voir une fois par an en été, nous avions droit enfants à une sorte de Noël en août.

Commentaires