Les si beaux cadeaux (immatériels)
Comme dans un film de Godard

Copiez, collez, plagiez (je vous en prie, s'il vous plaît)

MISE A JOUR DE 22 H 06 : Un message arrivé en mon absence vers 20 heures m'apprend que monsieur Liu a été libéré (ainsi que d'autres personnes arrêtées lors du même contrôle).

Merci infiniment à ceux d'entre vous qui auront participé à son soutien.

à l'adresse de : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr
ou de

prefpol.dpg-10eb-asie@interieur.gouv.fr
(les deux si vous voulez)

Monsieur Le Préfet,

 

Michel, 4 ans, est scolarisé à l'école maternelle Chaumont-Lepage à Paris. Il est né en France. Son père, monsieur Liu Yin Saui, y travaille et vit depuis 10 ans. Il est par ailleurs bien connu et apprécié des associations de parents d’élèves du groupe scolaire Bolivar dont il a le soutien ainsi que du

comité RESF Bolivar.

 

Nous ne voyons ni les uns ni les autres dans quelle mesure sa présence en France constituerait une menace à quoi ou qui que ce soit. Sa place, il l’a prouvé, est ici parmi nous et auprès de sa famille.

Que peut-on dire à son fils ? Qu’il n’a plus le droit de voir son père et qui est en prison pour le simple fait de n’être pas né là, d’être arrivé après ? 

 

Vous avez le pouvoir de faire cesser cette absurdité, qu’à cet homme soit délivré un titre de séjour en bonne et due forme, qu’il puisse mener une vie normale, cesser de se sentir de trop. N’hésitez pas.

Et faites, s’il vous plaît, qu’il soit libéré sans tarder.

En vous remerciant par avance, je vous prie d’agréer, monsieur le Préfet, l'expression de mon espoir.

+ signature

Si vous préférez, vous pouvez également téléphoner ou bien envoyer un fax aux numéros suivants :

RGPP 18 au 0149254970 (fax 0149254988) 
ou à la Préfecture de Police :
fax 8è bureau pref : 01 53 71 57 79
fax PP cabinet du préfet:01 53 71 67 23

 

Anne Savelli (Fenêtres open space) et que j'ai rencontrée au petit journal, est la marraine républicaine du petit Michel, dont le père a été arrêté ce matin métro Stalingrad et depuis que j'ai lu son message, je me sens incapable d'écrire autre chose que ce qui tente soutien.

Les envois en nombres suffisants ont déjà permis de sauver certaines personnes, alors s'il vous plaît, copiez, collez, plagiez, faites ou ne faites pas votre propre missive, mais au moins, envoyez un mot.

Merci par avance à ceux qui pourront et prendront ce temps.

Et encore et toujours et hélas, parce qu'ils sont trop utiles alors qu'on pourrait vivre dans une France où ça ne serait pas le cas :

le site de RESF

et celui de la CIMADE

Commentaires