Facultés d'adaptation
Interlude

Le jité dont vous rêvez

un mercredi soir, 20 heures, maison

Ma fille pas plus que moi ne regarde les infos à la télévision, à moins qu'un cousin, qu'un(e)  ami(e) n'ait été concerné et nous en ait prévenu. Nous préférons l'internet, la presse, parfois la radio, plus rapides, plus denses, plus diversifié d'opinions, prenant moins les gens pour des imbéciles et peut-être un peu moins manipulés par différents pouvoirs.

Seulement ce soir là, elle était là à cette heure-là. Peut-être que Stéphanot juste avant avait regardé du foot, ou une série, je l'ignore.

Toujours est-il qu'à 20 heures 40, je vois débarquer la grande dans ma cuisine où je tapais avec acharnement sur mon clavier comme si de la musique j'aurais pu en tirer (je n'ai pas encore compris que le rythme des mots n'est pas celui des sons qui sortiraient si les touches émettaient des notes).

Elle me fait.

- C'est bizarre, j'ai regardé le journal télé.

moi : - ... ?

elle : - Ben oui c'est bizarre on aurait dit qu'ils l'avaient fait exprès. Pour moi, je veux dire.

moi : - ... ? ?

elle : -  Ben oui ils ont parlé de Clichy.  Tu sais le gars qui faisait une bombe chez lui et qui a fait tout sauter. 
En fait c'était un postier, ajoute-t-elle comme si ça expliquait quelque chose.
Puis
- Il était peut-être d'extrême droite, enfin celui-là.

moi : - [sourire]

elle : - Et puis après ils ont parlé de Coutances (1). Tu te rends compte, Coutances ?! En plus qu'ils en ont parlé pour rien, c'est juste le maire qui a interdit la vente d'alcool à certaines heures parce qu'il y avait des jeunes ils se saoulaient et puis ils faisaient des conneries.
Enfin comme partout, quoi.

Après avoir compris que l'interdiction concernait tout le monde et pas seulement les moins de 18 ans ou quelques chose du genre, je m'apitoie un instant sur le sort des poivrots locaux.

Elle conclut alors :

- N'empêche dans le même journal des images de deux endroits qu'on connaît super bien, ça fait bizarre.

Puis elle s'en retourne à ses chères études.

Je me dis que pourtant à Patrick je n'avais rien avoué.  TF1 a probablement mis au point un nouveau concept interactif destiné à scotcher les gens à leur écran  avant les principaux tunnels publicitaires : un système détecte au moins pour les câblés, d'où  le spectateur  visionne et insère un sujet sur sa localité. Pour les clients dûment répertoriés et au sujet desquels au fil des ans des informations complémentaires auront été glanées, seront rajoutés un ou deux sujets secondaires touchant leur région d'origine ou de villégiature courante.

Ma fille qui l'ignorait, est une bêta-testeuse.

Nous expérimentons ainsi la télé grand public de proximité. Pour vérification scientifique, demain je regarderai.


(1) Cette petite ville est toute proche de "ma" Normandie. Nous y passons souvent quand nous sommes en vacances.

   


billet publié avec l'assentiment rigolard de la principale intéressée.

Commentaires