De la peur (retrospective) à l'action (projetée)
Un petit pan de mur jaune

De Noël en mai

Jeudi soir, assez tard

 

Pict0001
La conjonction récurrente de deux phénomènes m'offre parfois des dons étranges, dignes des meilleurs contes de fées.
Elle a lieu certains jeudi soirs, pas nécessairement tous, j'avoue n'avoir pas encore repéré la périodicité.

Ce sont les soirs de répétition de la chorale où je chante sauf quand l'existence et les amis me sollicitent ailleurs. Quelle que soit l'option choisie, je rentre chez moi tard.

Ce sont également pour certains d'entre eux, les jours de dépôts d'encombrants. Je ne compte plus les meubles d'appoints, livres (1) , cassettes qui proviennent de mes moissons de ces soirs-là.

Quelque chose fait aussi que mon heure de retour coïncide avec celle de frais dépôt des pleines caisses ou valises de machins. Il m'est donc aussi arrivé de récupérer quelques pulls-poubelles en parfait état et qu'aucune pluie ou autre humidité n'était encore venue souiller. Après lavage musclé et repassage attentif, ils étaient parfaits.

Il ne m'était cependant jamais arrivé d'apercevoir au milieu de quelques habits usés, une veste de marque, aux poches encore cousues, sentant encore le neuf et à ma taille exacte, du type que celles que je mettrais sans doute peu dans la vie civile mais à l'usine si.

On ne l'aura laissée pour compte (2) que dix minutes ou un quart d'heure, je l'ai tout de suite adoptée.

Trois pas plus loin, parmi les débris d'un pseudo-meuble d'aujourd'hui en brisures de bois agglomérées, quelques livres dont un splendide dictionnaire qui devrait sans tarder participer d'aider mes amis dans leurs plus audacieux projets.Pict0006

Je l'ai donc recueilli lui aussi sans hésiter.

C'est ainsi parfois comme un Noël en mai.

   
   

(1) dont un fabuleux Petit Prince en Néerlandais.

(2) cf. un très beau livre de Robert Bober
"Laissées pour compte", deux vestes abandonnées et ses mots si vivants pour les raconter.

[photos 1 et 2 : les deux objets évoqués ; cette note en effet n'est pas une fiction]

Commentaires