Quand le marketing fait un plat (pas tout un plat mais un plat comme quand on loupe son plongeon dans la piscine)
Espoirs, désespoirs

Princesse 13, chien palmé et un petit coup de Zahir par après

Un soir, puis tout à l'heure, l'ensemble sur la ligne 13 qui ce matin ne marchait pas (bien) et puis après si


Son grand imper noir essuie les marches qu'elle descend chargée d'un sac de commissions dans chaque main. La personne qui la suit plus légèrement équipée se révèle être une soeur, cousine, ou amie qui ainsi l'interpelle :

- Ça traîne par terre ton machin !

Mais l'autre alourdie qu'elle est et bien décidé à en voir le bout de ce foutu escalier, ne réagit guère et poursuit son chemin rendu à son insu dangereux par son étrange traîne sombre. Alors la seconde insiste :

- Ça fait princesse mais quand même.

Je m'essaie à imaginer la dame pourvue d'une vraie robe de princesse, et l'effet que sur cette ligne ça ferait, un soulier de verre qui forcément tomberait à la fermeture des portes, ce train se dirige vers Asnières-Gennevilliers,  et la suite trop prévisible.

C'est à une autre sortie en reprenant la même ligne, que je croise l'homme au chien. Il ne le tient pas en laisse, mais voudrait bien le rattraper quoique l'animal ait plutôt l'air calme. A plusieurs reprises l'humain lui répète :

- Donne-moi la main !

comme s'il s'étonnait de n'être pas obéi. Et si le chien lui avait demandé en échange de remuer la queue ?

C'est un peu avant de voir l'homme au chien à mains, je manque de danser au café où j'avais lu Proust (enfin deux pages de). Il faut dire que c'était l'heure calme, et que la musique datait du meilleur des années 80, Sade Adu  qui  berça mes 20 ans et  mes premiers  pas (de danse). Seulement la lecture sied mieux à mon âge, du coup nous causons de Proust.
Effet Zahir garanti, dans mon métro du retour, la page que j'ouvre croyais-je au hasard :
"En relevant la tête, je croise mon reflet dans le miroir au dessus de la console. J'ai envie de secouer ce type, de lui dire : Mais qu'est-ce que tu essayais de nous enfumer avec ton Proust et toutes ses conneries-là ... ? Alors que tu savais ..."
(1)
Il n'est bien entendu question du bon Marcel ni avant ni après, uniquement là (ou bien plus tard).
Sinon ce ne serait-pas drôle, serait-ce ?



(1) Je ne précise par le titre, j'en ai déjà parlé et ces jours-ci il est tellement galvadé galvaudé.





Commentaires