Recrute conseiller
La voiture de pompier apparue

Poètes à charbon

Ces jours-ci dans le métro

Pict0008

Ces temps derniers en France, à Paris, et jusqu'à Montauban  qu'on ne devrait jamais quitter (1) se déroule le 10 ème printemps des poètes.

Mon taux d'ubiquité étant assez faible en ce moment et bien à contre-coeur, je ne pourrais pas assister à beaucoup des événements qu'il comprend.
Mais j'ai pu me libérer pour la soirée d'ouverture. Bien m'en a pris, j'y ai retrouvé un ami.

Donc voilà, moi ces jours-ci, la tête (un peu) dans la poésie et quand elle n'y est pas, (passablement) quand même dans la dernière variante de mes tracas.

Ça tombe que bien que n'étant pas communiste (cf. par là) je considère sauf à de rares exceptions les grands panneaux de pub comme une agression à la vue et à l'âme. J'ai donc pris l'habitude de n'accorder à ceux-ci qu'un regard distrait à moins que par ailleurs monsieur Ka n'en ait parlé.

Alors en voyant le splendide 4 x 3 dont il est question ce soir chez Traou fleurir sur nos murs métropolitains, j'avais pensé sans y regarder à deux fois, Ben cette année, mazette, le printemps des poètes ils ont du budget, ça se voit que c'est un dixième anniversaire.
En même temps j'étais un peu étonnée parce que la culture, par les temps qui courent sent plutôt les cordons de la bourse l'étrangler (voyez-y des jeux de mots si vous voulez). Et puis je trouvais bien un peu le slogan décalé, mais finalement ça faisait moderne et limite romantico-choc autrement dit top tendance (2).


Vous comprendrez à l'instant en allant lire chez elle

pourquoi j'ai failli mourir dés ce soir sans attendre mon reste et glorieusement de rire.

Cela dit, j'ai beau être une humaine particulièrement dysfonctionnelle et inadaptée à ce monde-ci, je crois que leur campagne publicitaire ne doit pas être tout à fait au point si quelqu'un peut la prendre pour la réclame de tout autre chose.

Quant à moi je finis par comprendre pourquoi tôt ou tard tous ceux que j'aime finissent par déserter : entre un taux de poisse copieux et persistant, et une faculté de bécassine béatitude digne de Rantanplan, je finis tout simplement par leur faire peur et honte, sentiments pénibles qui ainsi combinés provoquent la répulsion (et ron et ron petit patapon la fermière en colère tua son p'tit chaton - vieille comptine enfantine -).   

[photo : une trace du printemps des Poètes, le vrai]

PS : mes lunettes sont bien adaptées à ma vue, vérifiée il y a relativement peu.



(1) en compagnie de Benoîte Groult, s'il vous plaît.

(2) Je sais que ça ne se dit plus mais Stéphanot étant momentanément absent je ne dispose pas de mon professeur attitré en dialecte ultra-contemporain.

Commentaires