Adagio
Champagne !

Non sous-titrée (la vie)

aujourd'hui et un jour d'avant, à Clichy évidemment

P2040002

Depuis deux ans mon corps vaillant ne se signalait guère que par sa fatigue qu'il a congénitale. Peut-être voulait-il par là me signifier que rien n'était terminé.
A présent que je reprends pieds, le voilà qui marque le pas, et manque de me faire réussir ce que l'esprit, le désespoir et la volonté avaient voulu tenter.

C'est donc le dos douloureux, incapable de la moindre activité requérant verticalité que je m'étais étalée devant un DVD. Nanni Moretti, film italien.

Stéphanot rentrant du collège s'inquiéta pour moi, puis un peu rassuré, si je ne bougeais pas, ça allait, tenta de s'intéresser à ce qui sur l'écran défilait.

Je cherchais par télécommande dans le menu des sous-titres en français. Il n'y en avait tout simplement pas.

Stéphanot, philosophe, ne m'en veut pas. Il m'avait expliqué la veille combien c'était étrange, ces touristes dans Paris qui dés qu'ils voyaient des jeunes allaient vers eux leur demander des infos en anglais. Comme si d'être jeune suffisait pour couramment pratiquer.

- L'autre jour c'étaient des Chinois ou d'un pays comme ça, ils étaient près du collège, bien paumés (1), ils nous demandent un truc en anglais, avec les copains on n'a rien pigé.

Alors on leur a dit We are not speak english et puis ils ont compris qu'on savait pas.

[une pause]
Remarque c'était dommage peut-être qu'ils voulaient juste nous proposer 1 million d'euros, qu'ils savaient pas quoi en faire, et qu'en répondant ça on les a découragés.

Fataliste, j'avais répondu :

- Tu ne sauras jamais. En attendant, la prochaine fois tu peux dire

I don't speak english, ça sera pas plus mal.

L'air faussement accablé il s'exclame alors :

- Ah parce qu'en plus on a mal dit !

 

On a regardé ensemble le restant de film italien. J'aimais bien. J'ai pourtant sombré avant la fin. Rêves d'enclume sans paroles ni musique, et sous-titres encore moins.



(1) collège en bord de Seine au bout d'un coin de banlieue, rien de touristique à proximité, ni non plus d'hôtel, la présence de touristes en ces lieux avait de quoi surprendre.

[photo : quand on est dans le noir et qu'on ne comprend pas de quoi il peut s'agir]

Commentaires