Panem et circenses ou comment le rugby m'a rejointe en bordure de défaite d'équipe nationale
Matin d'hiver avant l'heure

Le coeur à l'envers

aujourd'hui, au matin puis vers midi

   

Pict0024 

J'avais oublié cette propension que j'ai en période de tracas et surmenages à lâcher les objets qu'un instant plus tôt je tenais entre mes mains, par pur oubli de l'avoir fait.

Je me soupçonne un peu d'aimer tant les livres car d'une chute de ma modeste hauteur le plus souvent ils ne souffrent pas.

Je perds ainsi nombre d'objets silencieux : un gant (noir et long de préférence), un mouchoir, un foulard pas encore noué. Et ce matin une housse-chaussette à téléfonino.

Quelle idée aussi que d'envoyer un texto en courant pour attraper son train car le retard était certain (le mien pas celui du transport en commun) !

J'entrepris donc sur mon temps de pause déjeuner, de retourner sur le lieu où j'achetais tant qu'ils existaient mes carnets Clairefontaine, et où j'avais acquis l'an passé cette sorte de chaussette noire.

Hélas ils n'en faisaient plus que de fantaisie aux couleurs vives, aux effigies de héros de BD ou dessins animés et en noir l'objet existait mais il était gravé de deux coeur enchassés un argenté et un doré.

Ce n'était pas tout à fait ce que je cherchais. Je demandai donc au papetier,

- Il ne vous en resterait pas un en noir tout simple ?

Il me répondit d'un air las mais gentil :

- Non, on n'a plus que des comme ça.

Après un silence durant lequel je songeai à la solution qu'il s'apprêtait à me proposer :

- Remarquez, vous pouvez toujours le retourner.

Se doutait-il quand j'ai payé, à quel point sa proposition reflétait l'état même de mon âme peinée ?

[photo : les accessoires concernés, floutés par mégarde]

          

En attendant, mon fidèle téléfonino à la précieuse et (désormais) rare simplicité était à nouveau protégé. J'ai envers mes objets usuels le soin de qui n'a guère les moyens de facilement s'en procurer et dois apprendre à me méfier des trop aisés qui échangent les gens de leur entourage comme des ustensiles qui se périmeraient.

Commentaires