Le B. A. ABBA de l'année
Le départ des portes

Tu m' je te L

Ligne 9 entre Miromesnil et Bonne Nouvelle, mardi 2 janvier 2007

Cimg1460 La patience de Stéphanot est remarquable, ce garçon a su attendre que la carte bleue du père Noël diffère son débit sur fin janvier avant d'avoir son présent principal, pourtant tant attendu ; sans râler, sans broncher, sans qu'on n'ait à argumenter ni trop nous étaler sur nos difficultés.

Je lui en sais gré.

Nous voilà donc au 2 de l'année en expédition d'achat.

Je n'ai pour une fois pas pris de livre avec moi. Sa compagnie me garantit contre les crises de solitude, il a ce pouvoir-là. Et par ailleurs la grande surface de produits électroniques et culturels où nous comptons nous rendre, possède la peu sympathique caractéristique d'une sécurité pointilleuse et je ne tiens pas à perdre un quart d'heure à l'emballage ou au pointage des bouquins que j'aurais avec moi dés l'entrée.

Quand la rame ne crisse pas trop, nous échangeons quelques mots. Conversation mère-fils décousue de ceux qui se connaissent si bien que l'ellipse leur va. Je somnole aussi un peu. Les jours derniers pourtant vides m'ont épuisée plus que le rythme trépidant qui est le mien à l'ordinaire.

Soudain l'enfant s'exclame

- Alors ça, c'est beau.

Je lève les yeux en suivant son regard. Au dessus des panneaux de bout de rame, ceux qui surplombent les strapontins, l'un des rectangles ordinairement dévolu à davantage de publicité ou à quelques vers de poésie locale ou lointaine (1), laissé vacant pour une raison ignorée, a été dûment rempli par une main anonyme dont le feutre a un peu bavé.

"Tu m'écris, je te lis"

Alors que je médite un instant ce slogan digne de bien des échanges blogosphériques, smesques ou postaux, Stéphanot ajoute :

- C'est une fille qui a écrit ça.

Je m'étonne de cette affirmation à la Holmes. Comme il n'a pas (encore) lu Conan Doyle, il ne me répond pas "Elémentaire ..." mais le ton y est.

- Regarde le premier "s", les racailles le font pas comme ça.

un silence, puis un complément :

- Même pour brouiller les pistes.   

Merci donc à la femme d'âge non précisé mais de bonne forme physique (il fallait au moins grimper sur une épaule ou bien un strapontin) qui nous a fourni un instant de beauté et de déduction.

[photo : in situ ]

(1) j'ai des souvenirs de poésie roumaine qui me restait bien.

Commentaires