Le pain italien
Souffrances réelles, apparences trompeuses

Entre bleu clair et bleu grisé

mercredi, je crois bien et ici ça s'est certain

   

Pict0007

Longtemps que ça ne m'était pas arrivé, de ces inadvertances dont je suis coutumière, comme teindre à l'insu de mon plein gré malgré moi le linge de toute la maisonnée .
   
    
Pourtant j'essaie de regrouper le linge sale par affinité, le blanc par ici, le coloré par là. Il faut cependant croire que je fabrique mes lessives à l'image de mes convictions, vive le mélange, l'enrichissement mutuel et le métissage.
Avec les humains, je vous assure, ça marche bien.
Avec le linge, c'est moins certain.
    
Des tee-shirts, chaussettes de sport, culottes dont je vous ai épargné la vue (1), et un malheureux drap ont donc eu mercredi l'honneur d'acquérir un teint bleuté, qui n'est pas sans un petit chic (2) voire un brin de charme.
   
Pour dormir nous serons donc bientôt dans un beau drap. Je me rassure temporairement de ce singulier salvateur, mais demeure perplexe : aucune des vêtements de coton lavés puis sortis de la machine ne semblait originairement de la couleur qui s'est si bien diffusée.
   
   
D'où est-elle donc venue ? Aurais-je utilisé une lessive qui lave plus bleu ?
    
J'ai remis l'élusion l'éludage, l'élucination (4) du mystère à plus tard et suspendu le linge afin qu'il sèche, tout en plaignant sincèrement la chaussette orpheline qui lorsqu'elle retrouvera sa soeur, si toutefois elle attrape cette chance, ne pourra plus vraiment lui être assortie.
   
    
Ainsi va la vie qui nous sépare et nous modifie, puis rend impossible de simples retrouvailles. Délaissée comme une vieille chaussette, je tombe à sa vue dans une tristesse confraternelle.
 
    
Mais les larmes hélas sont plus longues à sécher que les pièces de coton même sauvagement teintées.
         
   
(1) pour ceux que ce type de sujets passionnent, je vous renvoie à un merveilleux article fort bien documenté
chez Vroumette   sur les slips filets
    
(2) pourvu que ma fille ne lise pas ce billet et que son tee-shirt blanc fétiche (3) n'ait pas été du voyage, sinon ce blog risque de disparaître pour toujours et à jamais.
Bon ça va j'ai mal négocié le coup à l'instant sur le mode préventif.
(3) si tant est qu'elle en ait un
   
(4) la résolution, bien sûr. (dis-je pour rassurer les parents dont les enfants lisent mon blog assidûment ;-) )
   
[photo : le linge propre mais bleuté et un tee-shirt témoin, comme dans les pubs de lessive dont va sous peu nous parler monsieur Ka si Rembrandt lui consent enfin un peu de liberté ]
      

       

Eh oui, le titre est bien une allusion à l'album de Jean-Jacques Goldman "Entre gris clair et gris foncé"

par solidarité avec Inframnésie

afin qu'il sache qu'il n'est pas le seul quand ça va moyen à écouter Abba Eros Ramazzotti Goldman  Karen Cheryl   Dido

Commentaires