L'enfant tombé
Les boules (à zéro et ailleurs)

Samir et la douche du jour

       
Clichy la Garenne, aujourd'hui, à ce qu'on m'en a dit
   
Le_85_aprs_la_pluie [photo Pierre Cavard "Le 85 après la pluie". merci à lui]
   
En compagnie de Stéphanot, je marche sur le trottoir mouillé . Nous nous hâtons vers une librairie où nous avons décidé d'aller à pieds par plaisir de la ville (et pour lui peu d'agrément du métro dont l'enfermement et l'entassement lui pèsent).
   
Je ne sais plus lequel d'entre nous glisse un peu sur le sol rendu luisant par l'eau, mais cela le fait sourire. Il voit que mon regard porte une question, alors il entreprend de m'expliquer :
 
- C'est dommage que tu n'étais pas là quand on rentrait du collège, tu te serais bien marrée. On attendait le TUC avec Samir, Albert et Ruwan (1), et comme asse commasse (2) il pleuvait, mais alors pas en s'crète. Et puis tu vois, Samir il se met au bord du trottoir [il s'y déporte lui-même, afin de me montrer] pour voir si le bus arrivait, et puis un peu à côté, il y avait de l'eau, pas mal d'eau dans le caniveau. A ce moment là il y a une voiture qui est passée à fond, genre elle nous a pas calculé, et ben tu vois, Samir, il a été trempé des pieds à la tête et si son cartable était intact c'est parce qu'il est grand et qu'il l'avait dans le dos. Comment il était trempé c'était la douche du jour !
    
Il en rigole rien qu'au souvenir.
   
- Après, on lui a dit, Cours mais cours, tu comprends c'était la seule idée qu'on avait pour lui faire tomber toutes les gouttes, alors il courait autour du poteau du TUC. Il y avait une petite vieille elle nous disait en riant "Criez moins fort les enfants !", mais en même temps elle rigolait. C'était son bon moment de la journée. Si tu aurais avais été là, toi, on t'aurait entendu rire jusqu'aux Champs Elysées.
   
Puis comme pour éviter que je ne m'inquiète d'une humidification intempestive le concernant :
 
   
- Moi j'étais un peu derrière, je regardais les horaires. Alors j'ai pas été mouillé.
   
Moralité : quand vous guettez un bus un jour de pluie, mieux vaut scruter les fréquences affichées que la route même peu fréquentée. Il suffit d'une flaque.
   
(1) les prénoms bien sûr ont été changés mais j'ai tenté d'en conserver les caractéristiques culturelles.
(2) sur une excellente suggestion de Labosonic
 

Commentaires