« Comme dans une chanson populaire | Accueil | D'une différence solide entre fiction et réalité »

19 juillet 2008

Commentaires

Pablo

Ton billet (me) fait réfléchir à beaucoup de choses (le lien à ActuaLitté, en particulier, est vraiment frappant : ça fait songer notamment à la circulation de l'argent et à sa répartition... tiens, c'est un peu comme le loto (1)(2)), mais ce qui me fait réagir et commenter ton billet c'est surtout quelque chose que tu as écrit d'une façon qui m'insurge : ton assertion «je suis parvenue à un total effarant de 'x' euros dont environ 'y' ont été à charge de la collectivité», comme si tu étais obligée de demander pardon quand, bien au contraire, il s'agit d'un droit qui t'est dû et que tu as payé largement avec ton travail et avec tes impôts le long des années...! Je crois au contraire que le fait que tu te sois faite rembourser de seulement 60% est manifestement injuste.

(1) J'ai dépensé (jeté ?) ce matin, après lecture du billet d'Otir, 3 euros pour le tirage de ce soir : http://onlae.terra.es/primitiv.htm (3) . À peu près la moitié de ces 3 euros est consacrée aux prix ; le reste paye les frais de fonctionnement du jeu mais est surtout empoché par l'État (encore des impôts). (Si je fais partie des gagnants de ce soir — ce qui est fort improbable, mais bon — je diviserai le prix en trois parties dont une pour Otir et une pour toi — un tiers pour moi, évidemment !).

(2) D'après ce que j'ai lu l'autre jour, les affaires qui marchent mieux en temps de crise (à part celles liées à la lecture de livres, comme le confirme ton lien à ActuaLitté) sont les jeux de hasard.

(3) Voici les combinaisons que je joue cette fois :
3-5-9-16-40-46
11-16-36-40-45-46
2-3-9-19-31-35
(Je sais, de façon complètement irrationnelle bien sûr, que si je ne les mentionnais pas, les chances de gagner seraient encore moindres...).

gilda

Oh merci Pablo mais tu sais j'en connais quelques-uns (parmi les blogueurs amis) qui auraient bien davantage besoin d'un coup de pouce que moi. En fait ce billet n'était pas pour me plaindre, on a du mal mais on s'en sort et j'ai justement parfois des petits coups de chance inouïs et qui interviennent juste au bon moment pour me sauver la mise. Je viens aussi de passer 10 jours de rêves et de "vie de femme et fils de footballeur" selon le concept cher à Samantdi à La Rochelle et donc pour une fois si je suis dans le rouge je sais bien pourquoi. En fait ce billet, c'était la prise de conscience brutale que mon histoire cabossée avait un coût financier.
Je suis sans doute très bête ou naïve ou bécassine béate mais je n'avais jamais encore pensé plus loin que zut alors comment vais-je payer le kiné ce mois-ci. Et un Oups étouffé quand la spécialiste que j'ai vue deux fois m'a à la fin de la première visite annoncé combien je lui devais.
Et que oui je me sens relativement coupable pour la part collective (même si ça fait depuis l'âge de 23 ans que je cotise de partout). D'ailleurs la première série de consultation chez une psychothérapeuthe, je l'ai interrompue un peu pour ça : elle m'avait aidée à traverser tout ce qui s'était cumulé, tenir le coup jusqu'à ce que ma fille se rétablisse, il ne restait plus qu'un chagrin, et oui, ça me gênait que pour un accident de ma vie sentimentale, ce soit la solidarité collective qui soit mise à contribution, tout ça parce que je me suis laissée prendre à l'éternel piège du "Venez chère grande âme" (j'exagère mais il y a un peu de ça).

Je tiens aussi à préciser au sujet de l'article sur les revenus issus des ventes de livres, que je ne trouve pas injuste que certains touchent le jack-pot. C'est vrai qu'on rêverait de davantage de répartition mais deux au moins des personnes qu'il cite, n'ont pas ou peu changé leur mode de vie et elles redistribuent fort bien (sans le faire savoir). Ce n'est pas comme d'aucun réfugié fiscal irlandais depuis plusieurs années (à moins d'un retour récent que j'ignorerais).
En attendant je suis bien placée pour savoir qu'écrire (autre chose que de la soupe formatée) est un rude boulot et que ceux qui parviennent à toucher un public large soient payés autant que des cadres sup y stock-options, me paraît justifié. En plus que la plupart d'entre eux à lire sont réconfortants pour ceux qui le font et que donc l'un dans l'autre ça fait peut-être éconnomiser des sous à la sécurité sociale ... du moins ceux qui s'abstiennent de pulvériser leurs meilleurs frère, amis ou cousins au passage (la boucle est bouclée :-) ).

Pablo

Pour les écrivains, tu as sans doute raison ; au moins, ils sont payés en proportion directe à leurs ventes.

Sinon, on n'a rien gagné au loto (on aurait pu toucher 2.436.762,95 euros ; enfin, non, même pas, puisqu'on nous aurait retenu à peu près la moitié en concept.... d'impôts : l'État est toujours gagnant aux jeux de hasard !). J'essayerai encore, peut-être, la semaine prochaine...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Blog powered by Typepad

février 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28      

un fotolog pour la soif

blog principal

Pages

statistiques pour I'm not really good

  • who knows why

chantiers 2008 - 2009

Stats pour not really good at zippers

  • stats counter