Cahier du jour, déconfinement jour 146, couvre-feu jour 14, reconfinement jour -1 : Une circulation de folie et encore une attaque terroriste

(giovedi)
déconfinement officiel 1 jour 172
 
Comme la veille, je ne parviens que tard à me poser devant l'ordi, ce sont des journées exceptionnelles, seulement il reste la routine domestique et ce qui correspond aux nécessités physiologiques et d'hygiène, alors le vrai temps personnel que je peux consacrer à aligner trois mots écrits est réduit.
 
Les dirigeants de l'entreprise avaient une réunion de crise Covid_19 qui dura un moment. Je ne peux témoigner des détails mais de ce qui concerne, me semble-t-il, la plupart des PME : le boulot continue. 
Dans notre cas et compte tenu des parades aux fermetures que trouveront les librairies il est probable que nous ayons surtout un surcroît de travail. 
Il y aura davantage de télétravail. Ça n'est pas simple, et c'est sans doute le cas dans beaucoup de domaines professionnels : une partie du boulot peut être effectuée de loin sur ordi avec les moyens de communications modernes. Mais pas tout, vraiment pas tout. 
 
Nous avons paramétré mon petit ordinateur nouveau afin qu'il puisse me servir immédiatement en cas de télétravail nécessaire. 
 
La journée a été particulièrement intense, et je suis parvenue à résoudre deux ou trois cas qui m'ont permis de rentrer à la maison avec un sens du devoir accompli malgré le retard accumulé - il était impossible de faire mieux, je le crains -. 
 
Les trajets à vélo furent particuliers : circulation très fluide le matin, une seule mise en danger, trois fois rien ; infernale le soir, au point que vers la rue de Miromesnil j'ai craqué et l'ai remontée (elle est en sens interdit vélo compris) en mode super-piéton (marcher le vélo à la main). Je n'en pouvais plus de devoir me faufiler et faire attention en mode 360 si intensément. Je n'ai pas mis si longtemps en 1:30 à peine plus, c'était fait et sans me presser, en observant : 
 
- les salons de coiffure, tous en mode super-nocturne et remplis ; 
- les cafés (qui n'ont pas fermé : qui fait aussi tabac, qui est une brasserie le midi) bondés avec des gens aussi tassés que dans une vieille réclame de bière. Les terrasses pleines à craquer. Depuis le 13 novembre 2015, des terrasses bondées un soir d'automne où il ne fait pas trop frais me fait toujours craindre le pire, même s'il ne s'est rien passé de spécial dans la journée ; 
- le grand embouteillage. Je crois que je n'avais jamais vu ça : c'était coincé (en particulier dans les XVIIème) dans toutes les directions à la fois. Pas les habituels bouchons de tout le monde part au travail ou en revient ou part en week-end en même temps. C'était une congestion multi-directionnelle et qui occupait bien des rues secondaires. 

Sinon, les passant en mouvement étaient clairement des gens rentrant chez eux après leur journée.

Elle aura été marqué par une nouvelle tuerie, au couteau, dans une église de Nice. Trois morts et plusieurs blessés. Un homme jeune armé d'un couteau. Il venait de Tunisie via l'Italie où il n'avait pu obtenir le statut de réfugié mais pas non plus reconduit où que ce soit. Il avait disparu dans la nature et voilà que l'on retrouve sa trace parce qu'il tue en se revendiquant d'une religion. Le fait que le plan vigipirate soit alors passé en état maximal était palpable aux alentours du tribunal : impossible de passer même à vélo pour dévaler la rue Rostropovitch. Et des hommes armés postés à intervalles réguliers. au demeurant courtois (celui auquel je demandais par geste en m'approchant si je pouvais passer à vélo a eu pour me répondre que non un geste de sport assez élégant ; plus bas deux jeunes gars pensaient prendre un bus et la réponse qu'ils ont reçue était calme, ferme mais respectueuse. Ils se le sont d'ailleurs tenu pour dit). 

L'un dans l'autre il était presque l'heure du couvre-feu lorsque je suis arrivée à la maison, et j'ai accompagné Le Joueur de Pétanque à son club pour rentrer la dernière poubelle avant un moment - le camion poubelle venait de passer -. Le club sera fermé.

La soirée restante fut bien trop courte, le temps aussi de lire des infos. 

Notre fille avait eu de plutôt bonnes nouvelles de sa santé (à compléter la semaine prochaine si tout va bien) et par ailleurs ma semaine de congés ne devrait pas être remise en cause, sauf problème particulier - très possible, à plus d'un titre, en la période -. Cette perspective d'un repos possible me rend plus sereine : bien du travail domestique en retard dans la maison et du sommeil aussi.
Alain Rey est mort. C'est beaucoup de mots qui seront orphelins.
Un de mes amis de Belgique a deux cas de Covid_19 dans sa famille, lui-même a-symptômatique du moins pour l'instant. Je me sens inquiète pour eux.
 
J'ai rempli ma première attestation sur téléfonino pour aller au travail le lendemain.
 
Capture d’écran 2020-10-30 à 00.20.04 Capture d’écran 2020-10-30 à 00.20.04 Capture d’écran 2020-10-30 à 00.20.04 Capture d’écran 2020-10-30 à 00.20.04
 
 
Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
45 298 153 cas (dont : 1 185 617 morts (234 100 morts aux USA, soit 706 morts / 1 M d'hab) et 32 962 578 guéris
France :  + 47 637 nouveaux cas et 235 morts 
Italie : + 26 831 nouveaux cas et 217 morts 
Belgique : + 21 048 nouveaux cas et 132 morts
 
Pour se remonter le moral : 
L'Auberge des blogueurs c'est fini, mais ça reste libre à lire.

Cahier du jour, déconfinement jour 145, reconfinement jour -1 ou -2 (ça n'était pas clair), couvre-feu jour 13 : On sait pas où mais on y va

(mercoledi)
déconfinement officiel 1 jour 171
 
Je tombe de sommeil alors pour la faire courte, après une journée de boulot fort intéressante : pas mal de tickets résolus seule et un ou deux vus à plusieurs qui faisaient se creuser le crâne pour piger (et j'aime ça), l'annonce fort attendue des nouvelles mesures ... auxquelles personnes n'a rien pigé.
Un pas en avant deux pas en arrière, on reconfine mais oui mais non : en allant au boulot et en laissant les gosses en classe. 

Président Macron tente d'imiter une certaine gestuelle mitterrandienne mais ça ne glisse pas. Et c'est si confus qu'on discutait après coup su i sociali de quand ce nouveau confinement qui n'en est pas tout à fait un allait commencer. Même cette info n'avait pas été claire. 

L'ordi que j'avais commandé en très limite anticipation a bien été livré ce soir, peu avant 22h - livreur très sympa, qui a attendue que j'aie son message et y réponde -. J'ai fait le démarrage minimal, le but étant demain de pouvoir y charger le team-viewer et roule nénesse, si l'on m'autorise le télétravail (au moins pour partie).
 
L'un ne veut plus voir personne en dehors de ses cohabitants, l'autre veut partir en Normandie mais ne peut le faire dans l'immédiat. Quant aux deux vieux, nous ne savions fichtre pas à quelle sauce professionnelle nous allons être assaisonnés. 
 
Les vacances à Arras sont supprimées de facto (interdiction de déplacements inter-régionaux), mais au moins nous nous attendions à cette mauvaise nouvelle-là.
 
Ça va quand même faire bizarre deux mois (je ne crois pas à moins) où l'on verra nos collègues (pour les enfants : leurs camarades de classe) et personne d'autre.
 
Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
44 738 067 cas (dont : 1 178 512 morts (233 122 morts aux USA, soit 703 morts / 1 M d'hab) et 32 701 059 guéris
France :  + 36 437 nouveaux cas et 244 morts 
Italie : + 24 991 nouveaux cas et 205 morts 
Belgique : + 13 571 nouveaux cas et 139 morts
 
Pour se remonter le moral : 
L'Auberge des blogueurs c'est fini, mais ça reste libre à lire.

Cahier du jour, déconfinement jour 142, couvre-feu jour 10 : Ça commence à ressembler à une forme de guerre

(lunedi)
déconfinement officiel 1 jour 169
 
20201026_143129    Partir bosser à vélo (le vélo jaune car j'allais ensuite chez le kiné et je crains les vols).
Une journée de boulot plus apaisée, malgré la vague de jeudi-vendredi qui a laissé des traces et un tracas de connexion.

Au milieu du temps contraint, un repas pris dans le jardin de Doisneau, avec des denrées décevantes achetées à Auchan (ça n'est pas toujours le cas (qu'elles le soient)). Si les restaurants ferment alors que nous devons continuer à travailler ça va devenir compliqué. 

Après la journée de boulot, une séance de kiné qui faisait un bien fou, mais nous savions l'un comme l'autre, en prenant rendez-vous pour les suivantes, qu'elles n'auraient peut-être pas lieu, du moins à leur date.

Soirée bien courte, inévitablement. Ma fille avait sorti la lessive sans que j'aie à demander, ce que j'ai apprécié. Il ne me restait plus que les poubelles comme corvées du soir. Et bien d'autres choses à faire (administratives) mais le courage m'a totalement manqué, en plus du temps.

L'ami Pablo me fait cadeau d'une photo dont j'ignorais l'existence à l'occasion d'un jeu littéraire organisé par Kozlika ; c'est intéressant de se reporter en ce temps de juste avant l'officialisation de l'état d'urgence épidémique dans nos états respectifs. Nous n'étions pas dupes, et d'ailleurs nous étions de notre propre initiative montrés fort respectueux des "gestes barrières" et de la distance physique et nous savions, au moins concernant Pablo, que nous serions ensuite longtemps sans pouvoir nous voir. 
Ce qui est beau, en y repensant, c'est que j'étais en compagnie de deux des personnes qui ont le plus compté dans le fait qu'en 2012 je me suis enfin mise à la course à pied (Tarquine, elle aussi, n'y est pas pour rien).

 

Capture d’écran 2020-10-26 à 23.43.43


Capture d’écran 2020-10-26 à 23.43.43
Capture d’écran 2020-10-26 à 23.43.43

 

 

Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
43 767 773 cas (dont : 1 164 223 morts (231 032 morts aux USA, soit 697 morts / 1 M d'hab) et 32 161 882 guéris
France :  + 26 771 nouveaux cas et 257 morts 
Italie : + 17 012 nouveaux cas et 141 morts 
Belgique : + 15 622 nouveaux cas et 73 morts
 
Pour se remonter le moral : 
L'Auberge des blogueurs c'est fini, mais ça reste libre à lire.

Cahier du jour, déconfinement jour 141, couvre-feu jour 9 : Un chouette sunday morning run mais pour le reste ça devient dur (et on va vers du pire)

(domenica)
déconfinement officiel 1 jour 168

 

20201025_112926 Un petit-déjeuner avec croissant (c'est dimanche après tout) avant de partir courir en forêt de Montmorency. Quelques mots échangés au passage avec un jeune couple de voisins dont le chat visiteur, que quelqu'un chez nous a baptisé Mimi n'est pas le chat.
Douce après-midi et très calme en demi-sieste tout en regardant la dernière étape du Giro, un contre la montre qui verra la victoire de Tao Geoghegan Hart , un gars qui était à 13 ans traverseur en équipe à la nage de la Manche et aurait eu une maladie en fin d'adolescence qui lui a empêché d'être à son meilleur niveau aussi vite qu'espéré, mais je l'ai entendu sans en trouver traces, y compris dans d'anciennes interviews, je ne sais donc si c'est vrai. Sa maturité tendrait à me faire croire à quelque chose de ce genre.
(pendant ce temps Le Joueur de Pétanque passait son temps à la pétanque et la jeune génération restante était sortie).

Des nouvelles par SMS d'une de mes cousines et qui m'inquiètent un peu, surtout concernant la santé de son père, un de mes deux derniers oncles encore en vie, et qui décline (pas lié au Covid_19 du moins pour le moment).
Soirée un peu moins cruellement courte que d'habitude, merci l'heure d'hiver et comme à l'habitude du dimanche soir je tente de limiter les dégâts de tout ce qui restait à faire (au moins la lessive).

Il y a un shitstorm sur Twitter dans les pays musulmans contre Président Macron a cause d'un touite en arabe publié sur son compte en fin d'après-midi, c'est très impressionnant. Mais je manque de connaissances culturelles pour comprendre pourquoi ce touite (qui en traduction automatique ressemble à une de ces déclarations creuses avec des grands mots, de la com sans réel contenu) est perçu comme une grave injure. Il doit y avoir une référence qui m'échappe ou une citation malvenue du Coran.

L'épidémie, ça y est, est hors de contrôle dans toute l'Europe, peu importe les frontières et les politiques qui furent menées. Je ne suis pas surprise, il était évident d'expérience d'autres épidémies (telles que la grippe espagnole ou la grippe de Hong Kong) que ça allait repartir de plus belle une fois le temps chaud terminé. Mais l'accélération de l'augmentation me surprend.

Le niveau me semble tel que je crois que quoi que nous fassions, nous sommes à présent directement en danger, que nous allons forcément être atteints par le virus. Et ce d'autant plus que nous sommes pour le moment obligés d'aller travailler. Reste à savoir quelle forme sur nous il aura. Le fait d'avoir peut-être été déjà atteints au printemps, outre qu'il n'est pas confirmé, ne semble pas être une protection suffisante.

Ensuite se posera la question économique. L'Europe dans son ensemble va sortir effondrée de la pandémie. Et l'extrême droite ramassera d'autant plus facilement la mise (déjà que c'était bien parti sans ça). À moins de la mise au point rapide d'un vaccin et qui serait distribué largement, les années à venir seront très difficiles. Pour presque tout le monde, pas seulement à titre individuel. Il ne sera pas simple d'être survivant. 

PS : La photo est un peu trompeuse, il pleuvinait ou faisait gris presque sans arrêt. Seulement voilà, en arrivant vers le Château de la Chasse, bref rayon de soleil.

Capture d’écran 2020-10-25 à 14.30.20
Capture d’écran 2020-10-25 à 14.30.20
Capture d’écran 2020-10-25 à 14.30.20 
(deux grandes parties marchées - ravito et vers la partie nord, l'entrée d'un chemin qui m'avait échappée -)

 
Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
43 316 264 cas (dont : 1 158 711 morts (230 487 morts aux USA, soit 695 morts / 1 M d'hab) et 31 891 750 guéris
France :  + 52 010 nouveaux cas et 116 morts 
Italie : + 21 273 nouveaux cas et 128 morts 
Belgique : + 17 709 nouveaux cas et 79 morts
 
Pour se remonter le moral : 
L'Auberge des blogueurs c'est fini, mais ça reste libre à lire.

Cahier du jour, déconfinement jour 140, couvre-feu jour 8 : Restare a casa

(sabato)
déconfinement officiel 1 jour 167

 

À la maison, sans en bouger

 

Une matinée relax, passée à échanger avec les unes et les autres sur Twitter, dont une jolie conversation à partir d'un touite de @krakamille qui s'interrogeait sur le mot bamboche, lire quelques threads intéressants dont celui-ci chez @photos_floues et recevoir la visite du beau chat un peu siamois, qui faisait clinguer les médailles accrochées à la fenêtre de la cuisine qu'il a fini par franchir. Au coup de la journée j'aurais ainsi appris que dans la plus grande partie de la France le tippex s'appelait blanco, et que l'éruption du Tambora à l'autre bout du monde avait en 1816 créé en Europe une année sans été. C'est seulement au soir en écrivant ici, que j'ai retrouvé le touite à l'origine de cette découverte (via @pmanouve et @felhagehistoire).


Avoir appris la triste nouvelle de la mort d'un de nos derniers très âgé voisins (du Covid_19 chopé à l'hôpital où il était pour autre chose) par des déménageurs qui embarquaient de ses meubles et auxquels le mari, qui aurait fait un gardien d'exception, a causé. Nous le connaissions de pas longtemps après notre arrivée, en 1991, quand il avait bizarrement reçu un courrier des impôts qui lui réclamaient des sous pour la cave qu'il nous louait. Ce qui était une absolue surprise pour nous aussi : notre propre cave nous suffisait amplement. Nous avions dû faire pour lui une sorte d'attestation sur l'honneur et ça s'était arrangé comme ça, en nous faisant plutôt marrer, car il avait le sens de l'humour. Et depuis, quand on se croisait et que ça n'était pas en partant au boulot ou quoi, on se causait un peu. Vieux monsieur aux cheveux blancs sur lequel les années semblaient avoir peu de prise, discret, sympathique et courtois. Je suis triste pour lui qu'il ait eu cette mort-là. Nous nous sommes aujourd'hui rendus compte qu'à part le fait qu'a priori il vivait seul, nous ignorions tout de sa vie familiale. C'est un des aspects terrible de cette épidémie que les gens passent ainsi à la trappe, ils disparaissent - on commence à se dire qu'on ne s'est pas croisés depuis longtemps - puis on apprend leur mort, plus tard : en temps normal nous aurions su, serions allé à ses obsèques, aurions ainsi pris congé et pu témoigner de notre respect. Là, non. La nouvelle du décès nous parvient par petit concours de circonstances et de toutes façons c'est déjà trop tard. 

Puis chiller devant l'avant dernière étape du Giro 2020 et m'endormir longtemps longtemps. 
Une fin de journée toujours à la maison avec le joueur de pétanque qui est rentré à une heure raisonnable de la pétanque #RestareACasa  

Nos voisins de palier se sont fait voler leur poussette sur le palier ; ils pensaient que les déménageurs l'avaient embarquée. L'Homme et moi sommes persuadés de ne l'avoir déjà pas vue hier soir (et pour lui, même avant). Pour ma part j'avais remarqué l'avant veille, la clef de la cour sur la porte de la cour et par ailleurs la veille (ou déjà l'avant-veille ?) beaucoup moins de vélos dans la cour. En bonne Bécassine Béate j'ai pensé quelque chose comme Finalement, les gens sont pas mal partis en vacances. Mais peut-être y a-t-il eu un cambriolage général. Espérons que non.

Cette année 2020 n'est décidément pas comme les autres : courrier des impôts qui nous annonce notre exonération de la taxe d'habitation. C'était une promesse de campagne du candidat Macron qui a été tenue alors que pour une fois il y aurait vraiment eu une bonne raison, la pandémie, de ne pas le faire. Nous allons rester prudents dans l'immédiat : même une fois la pandémie partie, la crise économique risque de nous frapper fort et nos âges nous gêner pour retrouver un emploi, mais si nous survivons et que tout va bien, j'essaierai de faire bonne usage de cet argent restitué.

Je devais ranger, rechercher un objet égaré, mais j'ai surtout dormi, donc, et seulement sorti une lessive (un peu longue à étendre, du blanc).

Je regardais un extrait de quelque chose d'avant l'épidémie, gens joyeusement entassés et me suis demandée si l'on parlerait plus tard d'après Covid / avant Covid comme on disait quand j'étais petite après guerre / avant guerre. 

En fin de journée ou plutôt lorsque je regardais le Giro, je suis tombée sur une pépite des Beatles, un play-back surréaliste avec Ringo Star qui s'ennuie et me suis enfin remise à lire The Beatles Tune In (abandonné à cause de la fatigue d'après-boulot les jours de boulot), meilleure thérapie anti-démoralisation pandémique.

 
Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
42 766 185 cas (dont : 1 152 635 morts (229 727 morts aux USA, soit 693 morts / 1 M d'hab) et 31 570 113 guéris
France :  + 45 422 nouveaux cas et 137 morts 
Italie : + 19 644 nouveaux cas et 151 morts 
Belgique : + 17 568 nouveaux cas et 70 morts
 
Pour se remonter le moral : 
L'Auberge des blogueurs c'est fini, mais ça reste libre à lire.

Cahier du jour, déconfinement jour 139, couvre-feu jour 7 : Will I survive ?

(venerdi)
déconfinement officiel 1 jour 166
 
Partir au boulot à vélo 
Une journée de boulot encore très chargée, mais l'équipe tient bon ; déjeuné de 14h à 15h d'un plat du Thaï Box, en bas de chez Doisneau (il faisait plutôt chaud)

20201023_210315 20201023_210315 20201023_210315
 Un retour #Vélotaf qui était un régal de beauté de Paris assez désert la nuit. En fait dans l'heure qui précède le couvre-feu, la plupart des gens est déjà rentrée et la circulation est très fluide, du moins par les rues que je traverse. Comme Paris est belle sans le tourisme de masse, et avec beaucoup moins de monde, d'une façon générale.
Une arrivée à couvre-feu moins le quart, notre fille déjà dans sa chambre ; les jeunes sans doute en week-end.
Une soirée trop courte, toujours trop courte ; infos italiennes. Que ce soit ici ou là, la question du lockdown revient sur le tapis.

J'ai parcouru cette semaine 124,68 km à vélo aux déclenchements plus ou moins tardifs de GPS près.
 
Nous avons reçu les médailles des 20 km de Paris connectés. Drôle de mélange entre tristesse et fierté. Elles sont particulièrement  soignées.  Si  nous  survivons  ça  pourra  devenir  un  beau  souvenir  d'une  sombre  période.

Will I survive ? 
On sent l'épidémie se rapprocher. Des cas proches, sans pour l'instant que nous soyons cas contacts, seulement clairement, ça rôde au boulot. 
Je n'ai pas peur. Seulement j'ai encore tant de choses à faire en ce monde, tout ce que j'ai en cours de chantiers perso, j'aimerais durer. Aller en triathlon au max de mes capacités. J'en suis loin.
 
Fullsizeoutput_1bd6
 
Capture d’écran 2020-10-23 à 21.44.44
Capture d’écran 2020-10-23 à 21.44.44
 
Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
42 453 872 cas (dont : 1 148 638 morts (229 235 morts aux USA, soit 691 morts / 1 M d'hab) et 31 412 034 guéris
France :  +42 032 nouveaux cas et 298 morts 
Italie : + 19 143 nouveaux cas et 91 morts 
Belgique : + 16 746 nouveaux cas et 49 morts
 
Pour se remonter le moral : 
L'Auberge des blogueurs c'est fini, mais ça reste libre à lire.
 
Capture d’écran 2020-10-23 à 23.43.22

Cahier du jour : déconfinement jour 136 , couvre-feu jour 4 : des difficultés de circulation et un bon fartlek


Cahier du jour, déconfinement jour 129 : Une coupe rendue, une trifonction [2019/2020] récupérée

(martedi)
déconfinement officiel 1 jour 156

 
20201013_202906 Partir au taf en RER avec (et à cause de) la coupe dans un grand sac de sport
Journée de boulot intense avec plus de tickets que je n'en pouvais traiter
Un déjeuner de thaï box pris sur place dans la salle commune du 4ème étage
Un retour ligne 4 + ligne 14 + train jusqu'à Clichy Levallois qui me permit d'arriver à 19:07 à la piste en étant partie un peu en retard sur les 18h théoriques (un dernier appel m'a été passé 10 minutes avant le départ).
Finalement un bel entraînement alors que je pensais ne faire qu'un décrassage. J'ai rendu la coupe à Thomas et récupéré ma trifonction 2019/2020 que Fred avait pensé à apporter
Une soirée sympathique malgré le contexte (il est de plus en plus question d'un couvre-feu, ce qui ne me tracasserait guère s'il était à partir de 22h mais qui me posera de réels problèmes s'il est à 20h) (1)
dont un super enregistrement de Syblo et une interview de Joyce Carol Oates.
 
[photo : près du stade à Levallois, enfin des palissades de longs travaux ôtées, et la Bécassine Béate que je suis s'est dit Tiens, un hôtel de luxe, c'est quand même fou la mutation de ce quartier ; t'as qu'à croire ! ]
 
 
PS : Tiens, il y a un gars qui écrit des touites, c'est marrant il a le même nom que l'actuel président ( #MauvaisEsprit ) 
 
Capture d’écran 2020-10-13 à 22.02.18
 
PS' : Ronaldo le joueur de foot de maintenant (CR7 à ne pas confondre avec son homonyme du temps de Zidane) est Covid + asymptômatique (pour l'instant), et ça fait davantage de bruit que le réseau de faux tests démantelé en Italie - des petits malins qui avaient mis sur pied un service à domicile avec rendez-vous et résultats rapides et matos plus vrai que nature ; il serait question de 10000 faux tests récupérés ; sauf qu'en jeu c'est la vie ou la mort de milliers de personnes -.
 
Le truc ballot c'est que juste avant de savoir qu'il était Covid +, comme pas mal de joueurs de foot de la première ligue italienne, hé bien voilà (OK, il est difficile de manger masqués mais quand même des petites tablées bien espacées eussent été possibles, non ?) : Capture d’écran 2020-10-14 à 01.54.41
 
 
(1) Le relevé précis de mes heures de retours via ma montre de sport donne pour les soirs de retours directs sans entraînements ou kiné entre début septembre et début octobre, les rares retours transports ne faisant guère mieux : 20h11, 19h48, 20h59, 19h57, 19h53, 20h00, 19h57, 20h17, 20h31, 20h18, 20h28, 20h19, 20h11.
 
 

Capture d’écran 2020-10-13 à 22.02.18Capture d’écran 2020-10-13 à 22.02.18
Capture d’écran 2020-10-13 à 22.02.18
Il s'agissait d'une séance de fractionné, chacun choisissant son allure et qui faisait en gros 2 x (30'' vite 30'' récup) + 2 x (2' vite 2' récup) + 2 x (4' vite 4' récup) + 2 x (2' vite 2' récup) + 2 x (30'' vite 30'' récup)
Je n'ai pas couru les "vite" à ma vitesse habituelle, mais plutôt en dessous car je suis en récupération de la course de 20 km de dimanche.
Pour cette course le classement est arrivé aujourd'hui. J'ai fini si j'avais eu mon temps juste (non pénalisé par les 5 minutes de problèmes techniques sur la montre de JF) 65 ème sur une centaine de participantes de ma classe d'âge et 4566 sur presque 5800 participants.


Quelques sourires dans ce monde inquiétant : 
 
Capture d’écran 2020-10-13 à 22.02.18
Ou ceci ou 
Et une perle de libraire, partagée par Claire à qui on a demandé "Vendredi tout est sauvage"
 
 
Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
38 345 086 cas (dont : 1 090 148morts (220 802 morts aux USA, soit 666 morts / 1 M d'hab) et 28 834 364 guéris
France :  + 12 993 nouveaux cas
 
Capture d’écran 2020-10-14 à 02.09.58
 

L'Auberge des blogueurs c'est fini, mais ça reste libre à lire.
 

 


C'est ma première surprise partie

(CR sportif, pour mon club à l'origine, et non relu)

Fullsizeoutput_1bd0    Le titre du billet est dû à Juke, le #JukeBoxFou de dedans ma tête, qui m'a passé cette chanson sur tout le chemin du retour. En vrai, c'était simplement ma première course connectée ; plus précisément notre puisque nous étions inscrits à deux avec Le Joueur de Pétanque, qui est aussi coureur à pied à ses heures, et bon cycliste tant qu'il ne s'agit pas de mettre des cales. Mais il refuse hélas d'apprendre vraiment à nager.

Échaudés par nos projets familiaux tombés à l'eau cette année (l'écotrail d'Oslo, dont je rêve à cause de Lucas et de ses photos d'une année passée où il l'avait couru, et le trail de La Chouffe qui est un vrai bonheur (1)), nous nous étions inscrits aux 20 km de Paris qui tentaient de sauver la mise en se la jouant connectés, ce qu'on trouvait pas bête : chacun court où il veut du moment que ça fait 20 km sans interrompre le tracker (par exemple notre montre de sport) et que ça a lieu entre deux dates précises, en l'occurrence pour cette édition entre le 8 et le 11 octobre.

Cette option nous plaisait, qui nous faisait courir moins de risques, et par ricochet à notre fille aussi. Nous estimons que nos vies quotidiennes avec la foule que nous croisons pour faire les courses et aller au travail et le risque que constitue le travail lui-même en bureaux collectifs comportent suffisamment de risques pour ne pas en rajouter en dehors de ce que nous estimons indispensable (la pétanque pour lui, les entraînements pour moi). Alors nous allons éviter les départs entassés pendant encore quelques temps.
L'inscription permettait au passage de filer quelque argent à l'Institut Pasteur, ce qui nous avait paru plutôt utile en cette période particulière.

La course connectée comporte cet avantage - inconvénient qui est que nous devons nous même trouver le lieu pour la courir. 
Des raisons pratiques (une boucle que nous connaissons bien, et sur laquelle nous pourrions nous retrouver facilement) et sentimentales (c'est le lieu où étudiants nous courions, enfin où lui et quelques camarades couraient tandis que j'essayais en vain - une boucle de 5 ou 6 km et j'étais au bout de ma vie, persuadée que la course à pied n'était pas pour moi, que je n'y arriverais jamais) et sentimentales bêtasses (c'est le lieu où nous assistâmes à un mémorable concert de Madonna le 29 août 1987) et sentimentales pas nostalgiques du tout (en septembre 1986 ce fut notre dernière balade avant le départ de monsieur en tant que coopérant au Burkina Faso, ce truc que les gars qui ne souhaitaient pas faire le troufion armé entreprenaient à la place d'un service militaire alors obligatoire ; lui flippait de ce grand inconnu vers lequel il allait, et moi contrainte de rester bosser à Paris pour cause de prêts étudiants à rembourser sans tarder, j'avais le cœur en verre fissuré) et super sentimentales (c'est aussi le lieu où j'ai ressenti le premier malaise dû aux prémisses de fabrication du Fiston, j'ignorais mon état et j'ai cru que j'étais en train de mourir d'une faiblesse cardiaque soudaine) nous ont fait choisir le Parc de Sceaux. 
Pas trop de dénivelé, non plus et moi je pouvais en empruntant le parcours sportif jouer à me faire croire que c'était un trail en fait (2).

L'enjeu était déjà de parvenir à terminer : le confinement ne nous a pas empêché de nous entraîner en course à pied mais nous a contraint aux courtes distances et de fait aux séances spécifiques. Nous n'avions pas couru plus de 14 km d'affilée depuis le Maxitrail de Bouffémont en février. 

Le premier défi était de parvenir à faire reconnaître notre outil personnel de tracking sur le site des 20 km connectés afin de pouvoir y télécharger notre course, une fois celle-ci accomplie. Pour le plaisir, je vous glisse ici le lien vers le tutoriel. Un tee-shirt Finisher aurait dû être décerné pour toute inscription réussie. En plus j'en avais deux à effectuer, jonglant entre les adresses mails et les mots de passe et Garmin qui avec une obligeance sans faille me ramenait toujours à mon compte personnel - mais non pour une fois je ne veux pas -.

Ensuite il fallait s'organiser : pas de ravito officiel, à nous de jouer. Notre équipement de trail nous a bien servi : sacs à dos léger avec boisson et gels et barres.

Le deuxième obstacle fut de trouver où garer la voiture qui nous avait permis d'aller jusqu'au parc. Notre petit parking discret sis près d'une entrée secondaire n'existait plus, sans doute depuis peu : opération immobilière avec démolition d'un immeuble bas de bureaux et construction d'un nouvel ensemble à la place de celui-ci et du parking qui le complétait.

Le troisième obstacle fut la montre du Joueur de pétanque, que j'avais pourtant réglée la veille - il courait en miles avec un programme par défaut qui s'arrêtait à chaque mile et le félicitait du mile vite galopé -, et dûment testée, se la jouait brexiteuse et refusait le système métrique, à moins que ce ne fussent des miles US et qu'elle voulût continuer à suivre le feuilleton flippant de ses élections. Bref, frozen ou peu s'en fallait. J'ai dû la réinitialiser et reparamétrer l'indispensable : cinq minutes (ou plutôt 5'16'') de perdues alors que mon propre chrono tournait que je ne n'osais interrompre sous peine de tracas ultérieur de téléchargement. 

La course elle-même ? Aucun problème. 

À peine un souci d'un peu trop de monde dans ce Parc par moment et donc être ralentis (oui, même moi je peux l'être), devoir combiner des évitements et sinon : un temps parfait, frais et ensoleillé, zéro souci physiques pour ma part, pas même une pause pipi intempestive, rien, trois petits ravitos effectués en marchant, et découvrir que c'est plus pratique comme ça que de dépendre de stations officielles, de petites accélérations de bon aloi dans les descentes, des petites foulées dans les montées, quelques instants à tenter de suivre un temps des coureurs plus rapides, quatre tours à effectuer pour le parcours que je m'étais fixée, le quatrième avec les jambes qui commençaient à protester mais vaille que vaille tranquillement continuaient. 
Ma seule halte avait été au début, afin d'enlever une veste manches longues qui s'avérait trop chaude pour passer sur mon tee-shirt un coupe vent sans manche léger, ce qui rendait l'équipement parfait pour ma petite vitesse et la petite brise qui soufflait.

Soudain, il a fallu faire gaffe à bien faire 20 km sans trop dépasser, sinon le téléchargement risquait d'être rejeté. Entre le 10ème km, auquel j'avais prêté volontairement attention, et le 17 ou 18 ème je n'avais pas vu le temps filer.

Mon co-équipier conjugal avait fini depuis un moment et qui m'attendait. Plutôt content de son temps (2h12). Le mien était comme dab un record de lenteur qui m'a un peu déçue car j'avais l'impression d'avoir mis un peu de cadence, notamment lors du 3ème tour où je m'étais sentie vraiment bien.

J'ai l'habitude de courir seule, parmi les derniers, ce qui fait que la formule "Chacun court dans son coin" ne m'a pas gênée le moins du monde. En revanche il avait trouvé difficile de courir seul, sans repère de meneur d'allure ou petit peloton constitué de gens de même niveau. 

Reste un peu étrange l'après-course : bon, voilà, c'est fait, retour maison. Personne avec qui boire un coup, personne avec qui échanger quelques impressions, pas de services particuliers (ça fait du bien quand à la fin des courses on peut bénéficier des massages de kiné, ça permet ensuite de plus vite récupérer), nous étions tous les deux et seules nos montres savaient que nous avions terminé.

Curieusement le téléchargement des courses s'est fait tout seul - via Garmin pour nous puisque nos montres en sont -, alors que je m'attendais vu la subtilité de la mise en relation, à quelques autres complications. En fait presque trop tout seul : l'impression d'avoir été pas à pas suivie.
Au classement provisoire nous étions respectivement 3305 ème et 4131 ème sur environ 5800 participants ayant téléchargé leur parcours. Je ne sais pas si la formule est satisfaisante pour les très bons, qui peuvent prétendre à un podium, un temps digne d'être homologué, un classement. 

Enfin, nous avons trouvé l'organisation vraiment top, surtout celle du jour de la course et les ravitos qui étaient parfaits ;-) . 

Si d'autres courses se présentent sous cette forme, du moins tant qu'il n'est pas tout à fait raisonnable de faire autrement, nous y repiquerons volontiers.  

 

(1) Quelque chose en moi est persuadé que les Ardennes Belges sont mon pas plat pays
(2) Je cours beaucoup plus loin et longtemps sans trop de problèmes en trail qu'en ville ; effet dopant des sentiers forestiers ? 

 


Cahier du jour, déconfinement jour 122 : Au taf intense journée, je réussis un bon test de CAP, et m'endors sur un match de tennis à RG de toute beaut

(martedi)

déconfinement officiel 1 jour 149

 

Clichy, Montrouge

Partir au taf à vélo, il pleuvinait à peine ou plus vraiment, un peu juste en délai mais ça roulait pas trop mal sauf vers l'Élysée
Journée de taf intense mais normal, enfin pu bosser à deux avec l'un de mes boss sur un cas pour lequel je n'avais pas toutes les billes (de connexions au moins). J'ai la conscience tranquille, j'avais fait tout ce qui était en mon pouvoir (très mesuré, pour l'instant).
Déjeuner devant chez Doisneau, traiteur italien et un petit coucou au Bonheur au passage. J'avais totalement zappé une rencontre qui avait lieu la semaine passée, terminant trop tard et ensuite ne songeant plus qu'à rentrer chez moi ou passer à l'Attrape-Cœurs (c'était sans doute jeudi)
Un retour un peu en retard et heureusement un cycliste merveilleux avec un garde boue arrière "Assers here to save your ass" et un kway rose, m'a tracé le chemin un bon moment qui filait vite ; grâce à lui arrivée à temps ou presque pour le test à la CAP dont la consigne était : 16 minutes au plus vite ; j'ai fait 6'16'' de moyenne ce qui est extrêmement lent mais très prometteur pour moi qui aimerais un jour réussir un sub-1h aux 10 km. Ce qui pour moi serait un absolu exploit alors que c'est très lent, en fait.
Une soirée qui passe bien trop vite et soudain je suis scotchée autour de minuit par le match Nadal / Sinner où ils ont au 2ème set un de ces moments de grâce combinée où le sport devient de l'art.

 

Capture d’écran 2020-10-06 à 21.32.17

Capture d’écran 2020-10-06 à 21.32.17

 

Capture d’écran 2020-10-06 à 21.34.04

Capture d’écran 2020-10-06 à 21.34.04

Capture d’écran 2020-10-06 à 21.34.04

 

 
Wordometer covid-19 coronavirus pandemic (depuis quelques temps le plus complet, entre autre parce qu'il indique le nombre de tests ; un pays comme la France qui teste jusqu'à présent très peu a forcément moins de cas officiels que de cas réels)
Official Data from The World Health Organization via safetydectetives.com
Coronavirus COVID-19 Global Cases by John Hopkins CSSE
36 001 582 cas (dont : 1 053 365 morts (215 709 morts aux USA) et 27 109 501 guéris
France :  + 10 489 nouveaux cas
 

L'Auberge des blogueurs c'est fini, mais ça reste libre à lire.